Fusillade dans une boîte gay au Colorado : Le suspect inculpé pour meurtres et crimes de haine

Il semble bien s’agir d’une attaque ciblée. Anderson Lee Aldrich, le jeune Américain accusé d’être l’auteur de la fusillade qui a fait 5 morts et 25 blessés dans une boîte gay de Colorado Springs, ce week-end, fait face à des charges de meurtres et de crimes de haine, selon le registre judiciaire du comté d’El Paso. Son inculpation formelle devrait être annoncée plus tard ce lundi.

Anderson Lee Aldrich, 22 ans, est arrivé au club Q, un bar LGBTQ de cette ville très conservatrice à une heure au sud de Denver où se déroulait un « drag show », un peu avant minuit, samedi. Armé d’un pistolet et d’un fusil semi-automatique AR-15, il a aussitôt ouvert le feu. Selon les autorités, il a été maîtrisé après moins de deux minutes par deux clients, notamment un homme qui lui a « foncé dessus » et a réussi à le désarmer et à l’immobiliser, un acte « héroïque » qui a permis d’éviter un bilan qui aurait pu être bien plus lourd.

Menaces contre sa mère avec une bombe artisanale

Anderson Lee Aldrich était connu des autorités. En juin 2021, il avait menacé sa mère avec un engin explosif artisanal et été arrêté après s’être retranché. Pour une raison que les autorités n’ont pas clarifié, les charges avaient finalement été abandonnées. Selon la Gazette de Colorado Springs, son grand-père paternel est un ancien élu local californien ultra-conservateur, Randy Voepel, qui avait défendu l’assaut du Capitole comme un acte de résistance face « à la tyrannie ».

Un membre famille s’exprimant sous couvert d’anonymat indique à 20 Minutes qu’Aldrich vivait chez ses grands-parents, qui avaient refusé de témoigner contre lui. Dans un post publié sur un groupe Facebook de femmes de l’Eglise mormone, sa mère demandait les coordonnées pour « un thérapeute spécialisé en stress post-traumatique » pour son fils.