Fusillade au Colorado : Le profil du suspect de la tuerie dans un club LGBT+ se précise

Il est resté assis durant l’audience, et n’a parlé que pour confirmer son identité. Anderson Lee Aldrich a comparu mercredi devant un tribunal. Le suspect de 22 ans est accusé d’être l’auteur de la fusillade qui a fait cinq morts et 18 blessés dans une discothèque LGBT+ du Colorado.

Des détails sur sa personnalité ont été révélés. Ses avocats ont expliqué que le suspect se définissait comme non-binaire, c’est-à-dire qu’il ne se reconnaît ni dans le genre masculin, ni dans le genre féminin. Ils ont ajouté qu’Anderson Lee Aldrich utilisait les pronoms non genrés en anglais « they/them » ( « iel » en français).

Selon des médias américains, le premier nom de l’accusé était Nicholas Brink, avant qu’il prenne le patronyme d’Anderson Lee Aldrich à l’adolescence. Ses parents, tous deux toxicomanes, se séparent lorsque l’enfant est âgé de deux ans. Ils sont tous deux connus des services de police (infractions au code la route, détention de drogue, ébriété sur la voie publique).

Un suspect élevé dans un climat de violence

Aaron Brink, son père, qui se décrit comme un ancien acteur porno devenu républicain conservateur, a déclaré à un journal local de San Diego que son ex-femme, Laura Voepel, lui avait assuré il y a plusieurs années que leur enfant était mort.

Jusqu’à ce que son enfant ne l’appelle il y a quelques mois. Aaron Brink a par ailleurs indiqué au New York Times qu’il avait « fait part d’une ferme désapprobation à l’encontre des homosexuels quand son enfant était plus jeune ». Son père a aussi indiqué avoir félicité Anderson Lee Aldrich pour son comportement violent dans son enfance. « Je lui ai dit que ça marchait. C’est instantané et vous avez des résultats immédiats », a-t-il dit.

L’accusé est maintenu en détention, son inculpation ne devrait pas être prononcée avant une dizaine de jours. Il pourrait être poursuivi notamment pour meurtres et crimes motivés par la haine, et encourt une peine de prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle. C’est la 601e fusillade de masse aux Etats-Unis.