Frotteur du métro parisien condamné: «Ma fille a appelé en pleurs», raconte le père d’une victime de 12 ans

Métro – Illustration. — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

Dans son box, entouré de policiers, Ali MD Fajor a la tête baissée et ne soutient le regard de personne. L’homme de 40 ans, originaire du Bangladesh où vivent sa femme et ses enfants, est accusé d’agression sexuelle dans le métro parisien sur trois mineures de 12 à 14 ans et une jeune femme de 24 ans. Arrêté mi-janvier, ce frotteur et agresseur, inconnu des services de police, est passé en comparution immédiate au Tribunal de Paris ce lundi.

Trois des victimes étaient venues accompagnées de leurs parents au palais de justice, affronter leur agresseur. La plus jeune de 12 ans seulement, était absente et représentée par son père. « Elle va bien, elle est très bien entourée, raconte-t-il, malgré la difficulté des événements vécus. Juste après les faits, elle a appelé en pleurs. Je suis allé la récupérer sur le quai du métro à Gare-de-l’Est. » Mains qui se tiennent, bras par-dessus l’épaule… A seulement quelques mètres de leur agresseur, sur les bancs du tribunal, les jeunes filles se donnent du courage comme elles peuvent avant le début de l’audience.

« Ça me bouleverse quand je vois l’état de ma fille, qui ne s’en remet pas »

A la demande de l’avocate, cette audience se déroulera à huis clos afin de garantir « la sérénité des débats ». En effet, l’affaire a fait beaucoup de bruits et de nombreuses personnes dont des journalistes sont présents dans la salle. L’avocate craint que ses clientes, particulièrement jeunes, « qui ont déjà eu énormément de courage de venir et qui sont prêtes à parler », ne parviennent pas à le faire librement avec autant de personnes dans la salle.

Tout le monde est donc prié de sortir, même la mère de l’une des victimes, car celle-ci est majeure. À la sortie, cette maman venue de loin en train, craque face à une avocate. « Ça me bouleverse quand je vois l’état de ma fille, qui ne s’en remet pas, et quand je vois l’autre victime, si petite avec un visage de poupon… Comment peut-on faire ça ? », lâche-t-elle dans un sanglot.

Même ligne de métro, même heure, même mode opératoire

Sa fille a été victime d’Ali MD Fajor deux fois : le 27 juin et le 3 juillet. Les autres agressions sexuelles ont eu lieu le 28 septembre pour la plus jeune des victimes, le 13 décembre et le 14 janvier pour deux autres âgées de 14 ans. Toutes ont porté plainte. A chaque fois, le frotteur, vivant à Pierrefitte en Seine-Saint-Denis, a eu le même mode opératoire. « Les agressions ont eu lieu le matin toujours à peu près vers 8h35, des heures de pointe, sur la ligne 5 entre les stations Gare du Nord et République, indique maître Constance Ambroselli, l’avocate de l’ensemble des victimes. L’homme qui exerce la profession de cuisinier repérait ses victimes sur le quai, puis montait avec elles dans le métro et en a même suivi certaines. »

Là, profitant de la foule, il venait se frotter à elle et toucher leurs seins et entre les jambes. « Sur l’une des victimes, il y a eu une tentative de pénétration digitale, assure l’avocate. Les victimes étaient pétrifiées. L’une d’elle a eu le réflexe d’appeler le numéro d’urgence de la RATP, le 3117. Certaines sont arrivées au collège en pleurs et ont été prises en charge à ce moment-là par l’équipe scolaire. » Ali MD Fajor aurait encore pu continuer à agir en toute impunité si l’une des victimes, une jeune fille de 14 ans agressée le 13 décembre n’avait pas eu le courage de le suivre après son agression pour voir son visage, puis d’aller porter plainte et fournir une description très précise de l’homme. C’est juste après la quatrième agression (identifiée) en janvier, que ce dernier a pu être arrêté.

« C’est une blague ! Ce n’est pas assez »

Après un peu plus d’une heure d’audience, et de longues minutes d’attente pour les victimes et leur famille, la condamnation tombe. Ali MD Fajor écope de deux ans de prison dont un an avec sursis et mise à l’épreuve durant trois ans. « C’est une blague ! Ce n’est pas assez, on parle d’agressions sexuelles dont certaines sur des mineures », ne peut s’empêcher de lâcher la mère d’une des victimes. La peine est moitié moins longue que ce qui avait été requis, cependant plus lourde qu’une peine contre un simple frotteur, précise la présidente. « Car nous avons considéré que ce que vous avez fait est beaucoup plus grave », déclare la présidente au condamné. Ali BM F. sera également obligé pendant cette période de suivre des soins psychologiques, avec pour interdiction d’entrer en contact avec les victimes et de paraître dans le métro.

Une dernière réquisition qualifiée de « gadget » par son avocat. « Je souhaitais qu’une nouvelle expertise médicale pour établir dans quelles circonstances psychologiques ses actes ont été faits. Là il a simplement donné des explications en lien avec sa solitude et une frustration sexuelle », explique-t-il ajoutant que cela ne peut pas suffire à expliquer ces gestes compte tenu de leur gravité. De son côté l’avocate des victimes indique que ses clientes souhaitent tourner la page, mais qu’elles souffrent encore pour certaines de crises d’angoisse, d’agoraphobie et ont peur de reprendre le métro.

Paris

Paris: Video, photo… Comment agir en cas de harcèlement ou d’agression sexuelle dans les transports en commun?

12 partages