Froid : Quelques conseils pour éviter de se brûler avec sa bouillotte

On pourrait parler de notre collègue (coucou Marion !) qui s’est endormie sur sa bouillotte avant de se réveiller, la peau brûlée, à cause de la douleur. Quatre ans plus tard, et malgré son passage aux urgences, elle en garde une cicatrice. Alors pour elle (et pour les autres), on a décidé de s’attaquer à ce gros sujet qu’est la bonne utilisation d’une bouillotte. Car avec la baisse des températures et la hausse du prix de l’énergie, les raisons de sortir son objet chauffant du placard sont nombreuses. Température de l’eau, état du caoutchouc, contact avec la peau : Anne-Sophie Ly, de Douce Bouillotte, nous donne quelques conseils pour se réchauffer en toute sécurité.

Une bouillotte de qualité en bon état

Qu’elles soient à remplir avec de l’eau, électriques ou pleines de graines, les bouillottes doivent être utilisées avec précaution. Avant toute chose, lors de l’achat, il vaut mieux s’arrêter sur un objet de bonne facture (même si on sait que cette bouillotte trop mignonne à cinq euros vous faisait de l’œil). « Pour les bouillottes à eau, privilégiez celles comportant la norme BS, la norme britannique qui prévaut au niveau européen, et celles fabriquées en Europe », explique Anne-Sophie Ly. En misant sur la qualité, le risque d’éclatement, notamment, sera infime. Pour en être sûr, il faut aussi vérifier l’état de cet objet chauffant. Avant de le remplir, un rapide coup d’œil permet de s’assurer qu’il n’y a pas de signe d’usure ou de micro-fissure qui provoqueraient des risques d’éclatement, et donc de graves brûlures (coucou Laura !).

Les bouillottes à eau s’usant, il faut également penser à les changer régulièrement. « Tous les trois à cinq ans pour un matériel de bonne qualité, et tous les ans pour un de moindre facture », assure la spécialiste.

Pas trop chaude (et encore moins pour les enfants)

Deuxième étape : remplir la bouillotte. Avec les températures glaciales qui s’annoncent, la tentation est grande de porter l’eau à ébullition, histoire de se réchauffer le plus rapidement possible. Mais on vous le dit tout de suite : ce n’est pas une bonne idée. « Une bouillotte à eau, c’est maximum 80 °C », tranche Anne-Sophie Ly.

Pour certaines personnes, ce sera même moins. « La température de l’eau doit être adaptée à la sensibilité de chacun. Des personnes peuvent être brûlées dès 40 °C. » Pour les enfants, par exemple, il est préconisé de ne pas dépasser cette température. « Et évidemment, il ne faut jamais laisser un petit seul avec une bouillotte à eau », ajoute la spécialiste. Dernière préconisation avant d’utiliser une bouillotte à graines à destination d’un bambin : après l’avoir passée au micro-ondes, la spécialiste conseille de tester la chaleur sur l’intérieur du poignet, comme pour le lait d’un biberon.

A 80 °C, le risque de brûlure en remplissant sa bouillotte est élevé (coucou Bérénice ! Oui, on côtoie beaucoup de personnes ayant vécu des mésaventures avec leur bouillotte). Alors soyez très (très) vigilant lorsque vous versez l’eau. Dernier conseil sur ce point : « il faut remplir le contenant aux deux tiers et évacuer l’air résiduel avant de le fermer. » Et n’hésitez pas à retourner la bouillotte pour voir si le bouchon est bien positionné. « C’est un peu bête mais beaucoup de gens la ferment mal et après ils se plaignent qu’elle fuit », remarque Anne-Sophie Ly.

Pas en contact direct avec la peau

Pour éviter la brûlure, on évite aussi de mettre l’objet brûlant directement contre sa peau. « On met toujours un linge ou un habit entre la bouillotte et soi. » Et même en prenant cette précaution, ne la laissez pas contre votre corps plus de trente minutes.

Enfin, dernier conseil : exit le dodo avec la bouillotte. On sait que c’est tentant (et kiffant) mais à la place, on la pose dans son lit et on la retire juste avant de se glisser sous les draps. « A l’origine, ce type de bouillotte a été créé pour remplacer la vieille brique qu’on chauffait au poêle et qu’on plaçait avant de se coucher pour chauffer le lit. » Vous n’auriez pas idée de dormir à côté d’une brique brûlante. Alors pensez-y la prochaine fois que vous serez tentés de vous servir de votre bouillotte comme d’un doudou réconfortant.

« Si on dort avec et qu’il arrive quelque chose, c’est directement sur la peau, même quand on dort avec un pyjama, donc les risques de brûlure sont vraiment très graves. » Demandez à notre collègue Marion.