France-Turquie : Les Bleus ont « très envie de montrer autre chose » que la bouillie du match aller

Raphaël Varane lors de Turquie-France en juin 2019. — AP/SIPA

Les trois points, et on remballe. Pour que les deux derniers matchs prévus le mois prochain n’aient d’autres buts que de commencer à préparer la suite, l’équipe de France n’a pas de question à se poser avant de recevoir la Turquie lundi. Une victoire, et la qualification pour l’Euro 2020 sera dans la poche. Didier Deschamps a eu beau, en conférence de presse dimanche, se borner à le décrire comme « un match qui peut être décisif » – sans doute pour préparer le terrain si tout ne se passe pas comme prévu –, les faits sont là.

« Non, je ne suis pas réticent à le dire, pour enlever de la pression où je ne sais quoi, mais il en restera deux derrière », rappelle le sélectionneur. C’est vrai, mais autant valider tout ça dès maintenant. Et puis, le faire en battant la Turquie aurait quand même un petit goût sympa. En juin, à Konya (victoire turque 2-0), les joueurs de Senol Gunes avaient roulé sur les Bleus en marche arrière et personne n’avait su organiser la rébellion. Il est grand temps d’effacer ce souvenir.

« Gagner les duels, déjà »

« Il y avait tout ce qu’on ne veut pas faire réuni en un seul match, synthétise Raphaël Varane, venu devant la presse en tant que capitaine. Ce n’était pas notre vrai visage, on a très envie de montrer autre chose, de jouer cette fois à notre meilleur niveau. » Et qu’est-ce qu’il faudra faire pour éviter de subir les choses à nouveau ? « Gagner les duels, déjà, défendre ensemble, et ensuite penser à imposer notre jeu », répond le défenseur du Real Madrid.

« On ne va pas récupérer des points [en gagnant] non plus, temporise Deschamps, pas très d’accord avec ce terme de revanche. Il n’y avait rien à retenir de ce match, on avait été défaillants et ils nous avaient surclassés, mais là c’est un autre match, avec une autre vérité, chez nous. » Ce dernier point reste à voir. Entre 30.000 et 40.000 supporters turcs, venus de toute l’Europe, sont attendus au Stade de France pour ce match à forte tension (on y reviendra). Ça devrait faire un boucan d’enfer, mais promis, ça ne fera que « motiver encore plus » les Bleus, comme le dit Varane.

Sport

Eliminatoires de l’Euro : « Ils n’ont pas eu une miette », Didier Deschamps content de la discipline des Bleus en Islande

Sport

Equipe de France : Didier Deschamps cherche-t-il à construire son héritage ?

0 partage