Football : A 50 ans, Zidane rêve d’entraîner les Bleus et juge le PSG « pas d’actualité »

Joyeux anniversaire Zidane. La légende du football a en effet ce jeudi 50 ans. L’occasion est donc parfaite pour lui de revenir sur son parcours mais surtout de donner des indications sur son avenir. Et sur ce dernier point, l’icône du football français affirme dans l’Equipe avoir surtout « envie » de l’équipe de France en devenant « un jour » sélectionneur. Un entretien dans lequel il juge en outre l’option PSG « pas d’actualité ».

Dans cette interview fleuve réalisée début mai, Zidane estime qu’être sélectionneur des Bleus est « la plus belle chose qui soit ». « J’en ai envie, bien sûr. Je le serai, je l’espère, un jour. Quand ? Ça ne dépend pas de moi. Mais j’ai envie de boucler la boucle avec l’équipe de France ». « C’est le summum. Et donc, comme j’ai vécu ça et qu’aujourd’hui je suis entraîneur, l’équipe de France est bien ancrée dans ma tête », dit l’ancien capitaine des Bleus.

Attendre l’après Coupe du monde

Le champion du monde 1998 et champion d’Europe en 2000 devra a minima attendre l’après Coupe du monde au Qatar (21 novembre-18 décembre), alors que le contrat de l’actuel sélectionneur Didier Deschamps court jusqu’à fin 2022 et qu’une prolongation reste possible. « Aujourd’hui, une équipe est en place. Avec ses objectifs. Mais si l’opportunité se présente ensuite, alors je serai là », glisse « Zizou ».

Triple vainqueur de la Ligue des champions sur le banc du Real Madrid (2016, 2017, 2018) et aujourd’hui en quête d’un nouveau défi, « ZZ » assure vouloir « continuer à entraîner ». Et s’il juge la piste menant au PSG « pas d’actualité », alors que le président parisien Nasser Al-Khelaïfi​ a lui-même écarté mardi cette hypothèse évoquée dans la presse, le natif de Marseille n’exclut pas de s’asseoir un jour sur le banc du club de la capitale, grand rival de l’OM.

« Il ne faut jamais dire jamais. Surtout lorsque vous êtes entraîneur aujourd’hui. Mais la question est sans objet.  Ce n’est absolument pas d’actualité », a-t-il tranché. « Entraîneur, il n’y a pas cinquante clubs où je peux aller », fait-il valoir.

Dans dix ans ? « Tout est ouvert »

Dans dix ans, Zidane, déjà impliqué en famille dans son entreprise de complexes sportifs Z5, s’imagine bien dans d’autres fonctions, à la tête « d’une structure ou d’une institution ». « Pourquoi pas être dans un projet dans lequel je suis moi-même le dirigeant », explique-t-il, sans écarter l’idée de présider un club : « Tout est ouvert ». En attendant, la Fédération française de football sait quel cadeau lui offrir.