Fonctionnaire menacé, lettres anonymes, porte taguée, l’inquiétude grandissante des policiers

Un graffiti — DAMIEN MEYER / AFP

  • Une enquête a été ouverte après qu’un policier a été menacé à plusieurs reprises par un motard à Choisy-le-Roi, dimanche.
  • La veille, un agent de la Bac avait retrouvé la porte de son domicile tagué.
  • Au-delà des inquiétudes, les policiers, expriment, par la voix de leurs syndicats, un sentiment d’abandon.

« On sait qui tu es, on va te retrouver, on va te faire la misère. » Dimanche, vers 19 heures, un policier a été violemment pris à partie à Choisy-le-Roi, dans le Val-de-Marne, alors qu’il rentrait chez lui après son service, a appris 20 Minutes de sources concordantes. Selon les premiers éléments de l’enquête, confiée par le parquet d’Evry à la police judiciaire du Val-de-Marne, un motard casqué et circulant sur un véhicule sans plaque d’immatriculation aurait tenté à au moins deux reprises de renverser ce fonctionnaire de 24 ans, affecté à la direction de l’ordre public et de la circulation (DOPC) de la préfecture de police parisienne.

Selon son témoignage, il venait de se garer à proximité de son domicile lorsqu’il a aperçu un « T-Max » faire demi-tour et foncer dans sa direction. Il parvient à se mettre en sécurité entre deux véhicules stationnés mais le conducteur, armé de ce qui semble être « un bâton », fait à nouveau une manœuvre pour tenter de le percuter. Le policier indique alors avoir sorti son arme de service sans toutefois en faire usage. Selon son témoignage, le motard l’aurait encore menacé verbalement avant de prendre la fuite. Une plainte a été déposée dans la soirée. « Il convient de rester prudent, il faut voir si un lien est établi avec sa qualité de policier mais cela fait bien évidemment parti des pistes explorées », indique une source policière.

Tags, lettres et menaces

Si pour l’heure les investigations n’en sont qu’à leurs balbutiements, l’affaire, révélée par les syndicats de police, s’inscrit dans un contexte particulier. « Des collègues suivis jusqu’à leur domicile, des noms et même parfois des adresses tagués sur les murs de la cité, ce n’est pas nouveau, ce qui l’est, en revanche, c’est la récurrence de ces attaques anti-flics », s’inquiète Denis Jacob, secrétaire général d’Alternative Police. Samedi, à Pontault-Combault, en Seine-et-Marne, un agent de la BAC parisienne a ainsi retrouvé la porte de son domicile tagué de slogans anti-police, parmi lesquels « Un flic suicidé, à moitié pardonné » ou « ACAB », un acronyme anglophone signifiant « tous les policiers sont des bâtards ». Selon nos informations, le fonctionnaire a été relogé en urgence, au moins le temps des investigations.

Trois jours auparavant, deux syndicats alertaient également sur la réception par un certain nombre de policiers de courriers de menaces envoyés à leur domicile. « A partir de maintenant, ce sera œil pour œil. Pensez à votre famille que vous laissez seule les week-ends. Pour chaque citoyen blessé ce sera un membre de famille de FDO [force de l’ordre] qui subira les mêmes préjudices et sans remords », concluait la missive anonyme. « Les policiers souffrent d’un cumul d’amalgames à leur encontre, insiste Linda Kebbab, déléguée nationale au sein d’Unité Police SGP. Des personnalités publiques ou médiatiques participent à cette campagne de haine et de dénigrement et après on s’étonne qu’on soit pris pour cible. »

Sentiment d’abandon

Au-delà même des inquiétudes et des conséquences sur leur vie personnelle, c’est un sentiment d’abandon que beaucoup expriment. « On a toujours été des punching-balls mais plus personne ne s’en émeut, poursuit la syndicaliste. Taper sur des flics, au sens propre, c’est normal. » Si le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, a dénoncé « l’extrême gravité » des lettres de menaces, que des enquêtes ont systématiquement été diligentées – 16 personnes, soupçonnées d’être l’auteur de ces missives, ont ainsi été placées en garde à vue samedi à Bordeaux – les syndicats déplorent des réponses pénales trop clémentes envers les auteurs de violences. « Il faudrait des peines minimales quand on s’en prend à un policier, pas forcément de la prison ferme, mais des peines d’amende dissuasive », poursuit Denis Jacob d’Alternative.

Société

Bordeaux : Où en est l’enquête sur les seize « Black Blocs » présumés interpellés ?

Société

« La haine dans les yeux » : « Il faut donner aux policiers les moyens de se rapprocher de la population », estime un commissaire

2 partages