Fluides sexuels: On vous dit tout ce qu’il y a à savoir sur le sperme

Non, vous ne rêvez pas, ceci est un cerf-volant en forme de spermatozoïde. — COLLET GUILLAUME/SIPA

  • Pour balayer les idées reçues et mieux comprendre le fonctionnement du corps humain, 20 Minutes explore la nature et le rôle des fluides sexuels.
  • A quoi servent-ils ? De quoi sont-ils composés ? Quels en sont les chiffres clés et les infos les plus secrètes ?
  • Aujourd’hui, pour le premier chapitre de notre série, on vous dévoile tous les secrets du sperme.

Qu’est-ce qui est chaud, sert à faire des bébés, et a, paraît-il, un goût d’asperge si son propriétaire en mange ? Eh oui, on parle bien de  sperme. C’est le fluide sexuel exclusivement sécrété par les hommes durant un acte sexuel, pratiqué seul ou à deux. Mais outre les « petits soldats », savez-vous ce qu’il y a dedans ? 20 Minutes vous offre une petite leçon de biologie.

A quoi sert-il ?

Si vous avez été attentif durant vos cours de SVT au collège, normalement, vous connaissez déjà la réponse ! De par sa composition, le sperme sert à assurer un environnement qui permet aux spermatozoïdes qui nagent dedans « d’arriver à maturité », indique le Dr Anthony Giwerc, chef de clinique en urologie à l’hôpital Saint-Louis, et, lorsqu’ils partent à la rencontre d’une partenaire féminine, de se frayer un chemin jusqu’aux trompes de Fallope, où le petit soldat le plus valeureux tentera de féconder l’ovule qui s’y trouve.

Mais outre faire des bébés, le sperme, et plus précisément son « évacuation », a d’autres vertus : «éjaculer au moins 20 fois par mois réduit de moitié les risques de cancer de la prostate », comme l’indiquait à 20 Minutes le Pr François Desgrandchamps, chef du service d’urologie de l’hôpital Saint-Louis à Paris et auteur de La prostate, on en parle (éd. Hachette Bien-être). Pourquoi ? « Parce que le sperme contient des putrescines, des substances cancérigènes, et éjaculer très régulièrement permet d’éliminer ces toxines ».

De quoi est-il composé ?

« Le sperme est composé à environ 70 % de liquide produit par les vésicules séminales, d’environ 15 % de liquide prostatique, et d’un peu de liquide pré-seminal produite par les glandes de Cowper », détaille le Dr Anthony Giwerc. Un cocktail « riche en fructose – du sucre –, en protéines, en acides aminés, en vitamines (C et B12) ou encore en minéraux comme le calcium, le magnésium, le phosphore, le potassium et le zinc. Cette composition est nutritive pour les spermatozoïdes et leur permet d’arriver à maturité ». Et c’est tout cela qui confère au sperme « une couleur blanchâtre et une texture visqueuse », informe-t-il. Mais sa couleur peut varier et tirer davantage vers le jaune : « cela peut être dû à la spermine, l’un des composés chimiques du sperme, qui peut s’oxyder et expliquer une couleur plus foncée », rassure le Dr Giwerc. Par ailleurs, « le sperme est l’un des seuls liquides corporels qui n’existe pas à l’état de stockage. C’est un peu une production minute. Ce n’est qu’au moment de l’éjaculation que tous ces éléments se mélangent pour constituer le sperme : toutes ces sécrétions se réunissent au milieu de la prostate, dans l’urètre prostatique. C’est la phase d’émission. Puis vient la phase d’expulsion » : en somme, l’éjaculation. Et pour assurer le service après-vente, le pH légèrement alcalin du sperme protège les spermatozoïdes de l’acidité du vagin.

Ce liquide blanchâtre est donc le fruit d’une longue liste d’ingrédients. « Dans de très rares cas, des femmes peuvent développer une allergie au sperme, indique le Pr Desgrandchamps dans son ouvrage. Plus spécifiquement au PSA, une protéine fabriquée par la prostate et que l’on retrouve dans le sperme, qui est la cause de cette allergie ». C’est évidemment incommodant, a fortiori en cas de désir d’enfant. Mais il existe un traitement : « la désensibilisation, qui est d’ailleurs le traitement classique en cas d’allergie ». Et en attendant, le port systématique du préservatif est de rigueur.

Autre point de vigilance : « si l’on constate la présence de sang dans son sperme, cela peut être soit le signe d’une infection au niveau de l’appareil urologique, soit d’un traumatisme, soit le symptôme d’un cancer de la prostate, énumère le Dr Giwerc. Dès lors, il faut consulter un urologue sans attendre ».

Quelques chiffres à connaître

Le cinéma pour adultes aura peut-être induit certains en erreur sur le volume d’un éjaculat, mais en moyenne, un homme éjacule « entre 1,5 et 5 millilitres de sperme, précise le Dr Giwerc, soit l’équivalent d’une cuillère à café. Toutefois, cela dépend du délai d’abstinence, puisque le volume de l’éjaculat augmente de 0,4 millilitre par jour d’abstinence ». A l’inverse, plus un homme est « actif » et plus le volume de son éjaculat sera réduit.

En l’absence de tout problème de fertilité, le sperme contient en moyenne 50 millions de spermatozoïdes par millilitre.

Le petit secret

Les petits soldats sont de vrais combattants : après un rapport sexuel, un spermatozoïde peut survivre dans le vagin entre deux et cinq jours. En revanche, s’ils atterrissent dans un préservatif ou dans une feuille d’essuie-tout, ils meurent presque aussitôt.

A noter que la qualité du sperme est sensible à quelques facteurs très concrets. « Les spermatozoïdes sont stockés dans les testicules qui, comme on le sait, sont sortis, contrairement aux ovaires des femmes. Ils sont ainsi à bonne température : 35 degrés, ce qui favorise une bonne fertilité. Une élévation de deux petits degrés, soit la température globale du corps, freine la production de spermatozoïdes. C’est d’ailleurs le principe des slips chauffants contraceptifs ». Donc, si un projet bébé est en route, ces messieurs doivent veiller à ce que leurs « bourses » soient suffisamment au frais, « en évitant les vêtements trop serrés et de croiser les jambes ».

L’info insolite

Le sperme qui prend le goût de ce que l’homme a mangé : légende ou réalité ? « On peut faire l’analogie entre le sperme et le lait maternel : on dit du lait qu’il prend le goût des aliments que mange la mère, illustre le Dr Giwerc. Eh bien, pour les fluides corporels, à l’instar du sperme, il semblerait que ce soit pareil. Les témoignages relatant notamment un goût d’asperge seraient donc tout à fait crédibles ». Les sexologues Catherine Solano et Pascal de Sutter confirment ainsi dans leur ouvrage La mécanique sexuelle des hommes (éd. Robert Laffont) que certains aliments ont bien une influence sur le goût de la semence, et lui donnent une saveur plus ou moins agréable. Asperges, café et brocolis compteraient parmi les aliments qui altèrent le goût du sperme, quand prune, thé vert ou encore ananas lui donneraient quant à eux un goût plus doux.

Santé

«Ejaculer au moins vingt fois par mois participe à la bonne santé de la prostate»

23 partages