Finistère : Un trafic de chiots démantelé avec plus de 300 animaux concernés

La gendarmerie du Finistère vient de démanteler un trafic de chiots à Saint-Pol-de-Léon. L’enquête a démarré suite à de nombreuses plaintes visant quatre personnes installées en microentreprise de vente de chiots. Les plaignants ont notamment dénoncé « 
des chiens, fournis pour des saillies, infectés en raison de matériels d’insémination non stérilisés » ou « des ventes réalisées sans la délivrance de documents officiels », rapportent les gendarmes sur leur page Facebook.

Une enquête judiciaire a alors été immédiatement diligentée, mettant en lumière un impressionnant et juteux business. En quatre ans, plus de 300 chiens ont ainsi été concernés par ce trafic, une centaine de chiens ayant été cédés ou étant décédés. Sur la période, les quatre mis en cause auraient également accumulé plus de 300.000 euros sans déclarer le moindre centime aux impôts et auraient perçu 150.000 euros d’aides d’organismes sociaux de manière indue.

Quatorze animaux saisis lors des perquisitions

Lors de la perquisition, menée avec des équipes de la SPA et du groupe d’investigations cynophile de Châteaulin, les enquêteurs ont mis la main sur deux bouledogues français, douze chiots bouledogues anglais et français, près de 1.500 euros en numéraire ainsi que de nombreux vêtements et objets de maroquinerie de luxe.

Les chiens saisis ont été remis à la SPA. Les quatre prévenus devront quant à eux répondre de leurs actes devant le tribunal judiciaire de Brest.