Finistère : Avis favorable pour la ferme aux 12.000 cochons du patron du comité porcin

Il ne manque que la signature du préfet du Finistère. Vendredi, les services de l’État ont annoncé que la « ferme aux 12.000 cochons » avait reçu un avis favorable de la part du conseil départemental de l’environnement et des risques sanitaires et technologiques (Coderst). Prononcée par 15 avis favorables pour et 3 avis contraires, cette décision pourrait contribuer à régulariser la situation de l’exploitation du très influent président du comité régional porcin. Propriétaire de la ferme d’Avel Vor à Landunvez, Philippe Bizien avait lourdement investi pour faire grossir son exploitation et accueillir près de 12.000 cochons. Sauf que tout n’avait pas été fait dans les règles. Retour en arrière.

En 2016, le préfet du Finistère avait bien validé l’extension du fils de l’ancien maire de Landunvez. Une décision surprenante au regard de l’avis défavorable rendu par le commissaire-enquêteur. Dans une enquête, le journal Splann! avait révélé qu’après cet avis défavorable, le commissaire n’avait pas été renouvelé dans ses fonctions l’année suivante. Saisie par plusieurs associations environnementales, la justice avait ensuite invalidé cette extension, estimant que l’étude d’impact n’était pas suffisante.

Les opposants à la ferme de porcs géante dénoncent la dégradation de la qualité des eaux de baignade à Landunvez.
Les opposants à la ferme de porcs géante dénoncent la dégradation de la qualité des eaux de baignade à Landunvez. – C. Allain/20 Minutes

Prononcée par le tribunal administratif de Rennes en 2019, cette décision avait été confirmée par la cour d’appel de Nantes en 2021, obligeant la ferme Avel Vor à se soumettre à une nouvelle enquête publique. Son propriétaire, devenu président d’Evel’Up, est à la tête de l’une des plus grandes coopératives porcines françaises, qui regroupe plus de 1.000 éleveurs.

Des eaux de baignade dégradées selon les opposants

En attendant les résultats de l’enquête, Philippe Bizien avait obtenu une autorisation provisoire de la part de l’État pour continuer à exercer. L’exploitation produit l’équivalent de 27.000 porcs charcutiers par an, soit l’une des plus grosses installations de Bretagne. Outre les désagréments causés pour les 1.500 habitants de Landunvez, les opposants s’inquiètent surtout de la dégradation de la qualité des eaux du secteur, très fréquenté des surfeurs.

Connues pour leur sable blanc et leurs eaux turquoise, les plages de la commune se teintent parfois de marron quand la pluie lessive les champs, dénoncent des locaux. « Les cours d’eau sont gravement pollués par les nitrates, le phosphore, les pesticides et les bactéries fécales », dénonce l’Association pour la protection et la promotion de la côte des Légendes. La baignade est interdite en permanence sur la plage du Château même si la source de la dégradation de l’eau n’est pas encore clairement établie.