Festival de Cannes: Gaspar Noé se calme pour Charlotte Gainsbourg et Béatrice Dalle

Béatrice Dalle et Charlotte Gainsbourg dans Lux Aeterna de Gaspar Noé — Wild Bunch/Saint Laurent

  • Gapar Noé signe un moyen métrage co-produit par la maison Yves Saint Laurent.
  • Il y dirige Charlotte Gainsbourg et Béatrice Dalle.
  • Cette histoire d’un tournage qui tourne mal est plus sage que ses films habituels.

De notre envoyée spéciale à Cannes, Caroline Vié

Gaspar Noé est de retour à Cannes avec Lux Aeterna,, un moyen-métrage superbe présenté ce samedi en séance de Minuit avec Charlotte Gainsbourg et Béatrice Dalle en vedette. Le public était nombreux mais s’il s’attendait à voir de la drogue et du sexe, comme dans Love ou Climax, il en a été pour ses frais.

Ces cinquante minutes sur un tournage qui tourne au cauchemar est bien plus sage que Love qui avait fait scandale sur la Croisette en 2015. « Le sujet ne se prêtait pas à des débordements » explique Gaspar Noé à la conférence de presse. Il insiste coproduit par la maison Yves Saint Laurent, commanditaire du film, lui a laissé une liberté totale. « Ce n’était pas un film de commande et cela n’a pas été conçu comme un fashion film. » Les deux comédiennes, égérie de la marque, se sont adaptées à ses méthodes.

Retrouvez nos articles sur Cannes ici

Un film fait dans l’urgence

A trois jours du tournage, le scénario ne faisait que quelques lignes. « Quand j’ai vu que c’était Gaspar Noé, j’ai trop pas voulu dire non, explique cependant Béatrice Dalle. Tourner avec Gaspar était mon rêve. » Elle incarne une réalisatrice au bout du rouleau dans ce délire hommage de cinéphile qui cite des réalisateurs comme Jean-Luc Godard. Tout a été tourné en cinq jours pendant la nuit pour mettre les actrices en condition. « J’accepte tout de mes metteurs en scène. Il vaut mieux être mon metteur en scène que mon amant » avoue Béatrice Dalle.

La douleur, c’est bien

Charlotte Rampling était inquiète au départ mais elle s’est vite laissée emporter dans cette aventure où elle joue une sorcière qui va finir au bûcher. « Pour moi, un tournage difficile est un tournage où on s’ennuie, déclare-t-elle. J’aime les tournages excessifs qui demandent des efforts même parfois douloureux. » Elle s’est visiblement régalée à participer à ce film qui se termine par une scène hallucinatoire où des lumières stroboscopiques font vivre une expérience étonnante au public.

Pas encore de distributeur

« Laissez-vous juste embarquer dans un monde qui n’est pas le vôtre, clame Béatrice Dalle. Un film est réussi quand un metteur en scène vous emmène dans son unviers. » Reste à espérer que Lux Aeterna sera bientôt visible. Comme il n’a été terminé que cinq jours avant Cannes, Gaspar Noé ne sait pas encore comment il va être distribué.

Cinéma

VIDEO. Effets spéciaux: «Créer des vagins en images de synthèse pour Gaspar Noé était une expérience unique»

Cinéma

VIDEO. Gaspar Noé: «Je prends toujours autant de plaisir à voir des gens sortir de la salle»

0 partage