Festival de Cannes: Ce qu’on peut dire du film de Tarantino à chaud et sans spoiler

Leonardo DiCaprio dans Once Upon A Time…In Hollywood de Quentin Tarantino — Sony Pictures

De notre envoyée spéciale à Cannes, Caroline Vié

La première projection de Once Upon A Time… In Hollywood de Quentin Tarantino, l’un des films les plus attendus de Cannes s’est terminée sous les applaudissements. Leonardo DiCaprio, Brad Pitt et Margot Robbie y sont époustouflants.

Avant la projection, le cinéaste a fait demander aux festivaliers de ne révéler aucun des secrets du film susceptible de gâcher le plaisir des futurs spectateurs. 20 Minutes a décidé de se plier au désir du cinéaste, lauréat de la Palme d’or en 1994 pour Pulp Fiction. Et voilà ce qu’on peut dire du film, à chaud, sans rien spoiler.

Retrouvez nos articles sur Cannes 2019 ici

Des personnages entre réalité et fiction

Leonardo DiCaprio incarne un comédien de la fin des années 1960, spécialisé dans les rôles de méchants, son personnage semble au bout du rouleau et de sa carrière. Brad Pitt joue sa doublure, cascadeur reconverti en nounou de la star alcoolique. Contrairement à ces personnages inventés de toutes pièces, l’actrice qu’interprète Margot Robbie a vraiment existé. Il s’agit de Sharon Tate, la femme de Roman Polanski, assassinée en 1969 par la « famille » de Charles Manson.

Un style reconnaissable entre mille

Ceux qui sont réfractaires au style « tarantinesque » peuvent passer leur chemin. Once Upon A Time… In Hollywood est du Tarantino pur jus, entre Inglorious Basterds et Django Unchained ! On ne rentrera pas dans les détails mais rebondissements surprenants, reconstitution sublime, déferlement de violence et bande-son au cordeau ont de quoi faire jubiler les fans. Sans compter une image en 35 mm dont le côté volontairement granuleux renvoie à l’esthétique de la fin des années 1960.

Des références au bonheur des cinéphiles

Il n’est pas nécessaire d’être cinéphile pour apprécier Once Upon A Time… In Hollywood mais bien connaître le cinéma décuple le plaisir. Quelques stars très connues à l’époque reviennent à la vie pour de brèves apparitions savoureuses, tandis que des fidèles de QT viennent faire de petits coucous amusants. Les références au cinéma populaire en général et au western italien en particulier font ronronner les amoureux de séries Z que Tarantino traite, à juste titre, comme des séries A.

Une mise en scène à récompenser

Comme toujours, l’amour du cinéaste pour le Septième Art passe au-delà de l’écran. On aime sentir sa passion vibrante évoquant le passé avec fascination et respect. Son film est peut-être trop festif pour remporter la Palme d’or, mais il pourrait au moins figurer au palmarès pour la qualité de sa mise en scène.

Cinéma

La Croisette s’amuse: Tarantino en avance, la fraîcheur de «Jeanne» et la lutte des «foulards verts»

Cinéma

La Croisette s’amuse: Tarantino en avance, la fraîcheur de «Jeanne» et la lutte des «foulards verts»

20 partages