FC Nantes : Plus gros transfert de l’histoire du club et mis à l’écart, Limbombe obtient son retour dans le groupe pro

Il est l’un des plus gros salaires du FC Nantes et son transfert est le plus cher de l’histoire du club (8 millions d’euros). Sous contrat jusqu’en 2023, Anthony Limbombe a saisi la commission juridique de la Ligue de football professionnel (LFP) pour obtenir de bénéficier des mêmes conditions d’entraînement que ses coéquipiers. La commission juridique de la Ligue a imposé au FC Nantes la réintégration de l’attaquant belge dans le groupe professionnel, dont il était exclu depuis l’été 2021, a annoncé vendredi l’entraîneur nantais, Antoine Kombouaré.

« La commission juridique de la Ligue a pris une décision, je la prends en compte et, dès demain, il réintègre le groupe professionnel », a déclaré Kombouaré en conférence de presse d’avant-match. « Je n’ai pas le choix. Je ne veux pas que le club soit sanctionné. Il y avait un risque de forte amende ou de retrait de points », a-t-il ajouté.

Absent depuis mars 2020

Mais le joueur de 27 ans a peu de chances d’apparaître sur une feuille de match : « Je lui avais dit de faire le choix du sportif, il a fait le choix du juridique », a regretté l’entraîneur nantais en défendant son « choix sportif ». Limbombe était arrivé de Bruges à l’été 2018 mais n’a jamais réussi à s’imposer. Son séjour à Nantes a été marqué par une première saison décevante (3 buts, 2 passes décisives), un prêt raté au Standard de Liège, une série de blessures puis une longue absence : il n’est plus réapparu sous le maillot nantais depuis mars 2020.

A l’été 2021, Kombouaré l’avait renvoyé dans le « loft » de l’équipe réserve, avec d’autres joueurs dont le club souhaitait se séparer, comme l’ancien capitaine Abdoulaye Touré (parti au Genoa) ou le milieu Kader Bamba (prêté à Amiens en L2). La commission lui a donné raison début mars, et avait donné au club jusqu’à début avril pour le réintégrer au groupe professionnel.

« Pas apte »

« Il n’est pas dans le groupe car il n’est pas apte », avait martelé Kombouaré mi-mars, citant l’exemple de Jean-Kevin Augustin, autre grosse déception du mercato nantais, lui aussi mis sur la touche.