FC Nantes-OGC Nice : Incapables de marquer, les Canaris traversent « un chemin de croix »

Au stade de la Beaujoire,

Une même copie séduisante pour un même zéro pointé. Deux semaines après s’être inclinés face à Lyon (0-1) malgré une flopée d’occasions, les Canaris ont remis ça ce dimanche face à Nice. Sept tirs cadrés, 19 tentatives, un Simon insaisissable, un Bukari convaincant… Mais une défaite finale 2-0, matérialisée dans le dernier quart d’heure du match. Un scénario « frustrant » et « rageant » selon Sébastien Corchia, latéral droit du FCN.

« C’est exactement le même sentiment qu’après Lyon, se désole l’ancien Sevillan. On était présent, on avait beaucoup d’occasions. On a mis en difficulté Nice qui est l’une des meilleures équipes du championnat. On ne mérite pas de perdre comme ça. Mais on pêche dans la finition. » « Cette défaite fait mal. Ça ressemble au match de Lyon mais c’est même pire puisqu’on perd 2-0. On joue bien, on montre un beau visage, mais le haut niveau, c’est l’efficacité », regrette Antoine Kombouaré, l’entraîneur du FC Nantes.

« Il faut faire confiance à nos attaquants »

Si l’on ajoute le match à Rennes (0-1) du 22 août, les Canaris, pourtant au complet en attaque, viennent d’enchaîner trois revers consécutifs sans jamais avoir trouvé la faille. Leur dernier but remonte au 15 août. « C’est un chemin de croix, peste Antoine Kombouaré. Il faut persévérer. Il faut continuer à faire confiance à nos attaquants. On se crée beaucoup de situations, on va de l’avant. C’est de cette manière qu’on va gagner. »

« Il ne faut pas baisser la tête, ça va finir par payer », est, lui aussi, convaincu, Sébastien Corchia. Le défenseur adresse toutefois un mot au reste de son équipe : « Quand on n’arrive pas à gagner un tel match, il faudrait au moins ne pas perdre ». Ce dimanche soir, le FC Nantes est redescendu à la 15e place du championnat.