FC Nantes-Bastia : « Le Stade de France est très loin », estime Antoine Kombouaré avant le quart de finale de Coupe de France

« Une élimination contre Bastia, je n’envisage pas ça, mais pas tout. » L’entraîneur du FC Nantes, Antoine Kombouaré, se montre ambitieux avant le quart de finale de Coupe de France qui attend son équipe face à Bastia. Dix-septième de Ligue 2, le club corse a déjà éliminé deux formations de l’élite (Clermont et Reims) avant de se rendre à la Beaujoire. Face aux Bastiais, le coach des Canaris entend faire respecter la logique. « C’est un match qu’on doit être capables de maîtriser, de dominer même », estime-t-il. « Ils ont montré qu’ils n’avaient pas peur des équipes de Ligue 1. A nous de prendre ce match avec le plus grand sérieux, la plus grande humilité. Si tant est qu’il y ait un écart, une différence de niveau, ça doit se montrer à travers des actes forts. »

Antoine Kombouaré attend notamment beaucoup de la part de son attaque, qui s’est montrée inoffensive dimanche dernier, à Strasbourg (1-0). Une confiance affichée qui ne l’empêche pas d’afficher un maximum d’humilité, dans une compétition qui réserve son lot de surprises. « Il faut s’attendre à des Corses qui vont nous mener la vie dure. C’est un match de coupe et tout est possible. Il ne faut pas tomber dans le panneau. »

« Je n’envisage pas ça, mais pas du tout »

Et pour cela, le Kanak refuse catégoriquement de regarder plus loin que le match qui attend les siens jeudi. Même si le tirage au sort des demi-finales sera effectué dès mercredi soir. « Ah bon, vous me l’apprenez », indique-t-il, l’air surpris (ou pas), tout en soufflant le chaud et le froid. « Une élimination contre Bastia, je n’envisage pas ça, mais pas tout », lance le technicien nantais, avant d’ajouter, plein d’humilité : « Pour moi, le stade de France est très loin. Ce n’est pas un manque d’ambition, mais j’ai les pieds sur terre ».

Ambition et humilité : telle est la recette du succès délivrée par Antoine Kombouaré, qui fêtera son premier anniversaire sur le banc du FC Nantes. Une qualification en demi-finale serait un joli cadeau, devant une Beaujoire qui attend plus de 25.000 spectateurs.