Fantasy : « Les livres de la Terre fracturée », de N.K. Jemisin, quand la Terre se venge

Nous terminons cette série avec une saga inclassable, à mi-chemin entre fantasy et science-fiction. Les livres de la Terre fracturée est une trilogie signée de l’écrivaine américaine Nora K. Jemisin. Fait unique, les trois livres, La cinquième saison, La porte de cristal et Les cieux pétrifiés, ont chacun obtenu le prestigieux Prix Hugo du meilleur roman. Au passage, Jemisin était la première femme noire à recevoir ce prix prestigieux (regardez aussi ce discours mémorable, prononcé en 2018 pour son troisième Hugo).

Ça raconte quoi ?

L’intrigue se déroule sur une Terre postapocalyptique, où il n’y a plus qu’un seul continent, immense, le « Fixe ». Après quelques siècles d’accalmie, la planète est secouée régulièrement par de violents tremblements de terre, des éruptions volcaniques et des tsunamis. C’est ce qu’on appelle « la cinquième saison ».

On suit trois femmes de trois âges différents, à une époque différente. Leur point commun ? Elles sont orogènes. C’est-à-dire qu’elles ont le pouvoir d’agir sur la terre et les sols, en utilisant la chaleur autour d’elles pour causer ou prévenir des tremblements de terre. Les autres humains redoutent ce pouvoir difficile à maîtriser (et qui peut donc causer des accidents) et les orogènes sont persécutés. L’histoire est écrite à la deuxième personne du singulier.

C’est comment ?

L’écriture de Jemisin peut sembler parfois aride et la géologie n’aura quasiment plus aucun secret pour vous après avoir lu cette trilogie. Mais cette saga n’a pas obtenu ses trois Prix Hugo pour rien. Si chacun des livres est exceptionnel, il faut avoir lu les trois pour saisir toute la force de ce roman et comprendre où Jemisin nous emmenait depuis le début. Une histoire profonde et puissante, dont vous ne ressortirez pas indemne. Avec sa trilogie, l’écrivaine pose de nombreuses questions, mais celle-ci est peut-être celle qui vous hantera le plus : lorsqu’on détruit la Terre, celle-ci peut-elle se venger ?

Quelle magie ?

La magie principale des Livres de la terre fracturée est celle des orogènes, dont on a parlé plus haut. Il y a aussi les étranges mangeurs de pierres, ces créatures minérales qui ont la possibilité de se déplacer au sein de la pierre (et se nourrissent d’elle, comme leur nom l’indique).

C’est adaptable à l’écran ?

L’univers postapocalyptique, les tremblements de terre, les éruptions de volcan ont un potentiel télégénique assez élevé. Et le couple d’orogènes Essun/Albâtre a tout pour devenir un couple mythique une fois à l’écran. Il y a eu des rumeurs d’adaptation en 2017, mais rien n’a vu le jour pour l’instant.