Fantasy : « Fils des brumes », de Brandon Sanderson, métaux hurlants

Fils des brumes (Mistborn en anglais) est composé de deux trilogies. La deuxième s’intitule Wax and Wayne et se déroule 300 ans après les événements de la première. Le dernier tome de Wax and Wayne paraîtra cet automne. Brandon Sanderson est également l’auteur d’une autre saga importante, Les archives de Roshar. Toutes deux (et quelques autres) font partie du même univers, Cosmere.

Ça raconte quoi ?

Le Seigneur-Maître règne depuis mille ans sans partage sur l’Empire ultime, un monde très sombre, où il y a peu de végétation en raison de pluies de cendres incessantes. La nuit, une étrange brume fait son apparition, que beaucoup croient peuplée de créatures maléfiques. La société est profondément ségréguée. Il y a d’un côté les nobles, les héritiers de ceux qui l’ont soutenu lorsqu’il a pris le pouvoir, qui bénéficient de pouvoirs magiques et les autres, les skaas, qui travaillent en quasi-esclavage au service des nobles et du Seigneur-Maître.

Entre les deux, les redoutables et terrifiants Inquisiteurs d’acier font respecter la religion et le dogme du Seigneur-Maître avec une poigne de fer (et c’est le cas de le dire, comme vous le verrez plus bas). Une petite bande de hors-la-loi, avec l’ancien esclave Kelsier à sa tête, fomente un plan audacieux pour renverser le dictateur. Pour compléter son groupe, Kelsier repère dans la rue une jeune voleuse du nom de Vin, qui va vite devenir son élève.

C’est comment ?

C’est après avoir lu Fils des brumes que la veuve de Robert Jordan a choisi Brandon Sanderson pour terminer le cycle de La roue du temps (adapté l’an dernier pour Amazon Prime Video). Donc c’est plutôt pas mal ! Sanderson a créé des personnages saisissants et multidimensionnels qu’on a envie de suivre jusqu’au bout de la nuit. Il les a plongés dans un monde remarquablement bien conçu où les éléments eux-mêmes deviennent parfois des protagonistes (les brumes, par exemple). Et on ne s’ennuie pas une seconde.

Quelle magie ?

Fils des brumes est une saga qui ravira les fans de métal. Non, pas le genre musical, le matériau ! Les magies utilisées dans Fils des brumes tournent en effet autour des métaux. La principale, c’est l’allomancie. Ceux qui la possèdent peuvent ingérer des métaux et s’en servir pour différents pouvoirs. Certains ne peuvent se servir que d’un métal. On les appelle les brumants. D’autres, plus rares, peuvent se servir de tous. On les appelle les fils ou les filles des brumes.

Brandon Sanderson est connu pour l’inventivité et la précision de ses systèmes magiques. L’utilisation de la magie dans Fils des brumes est parfois assez technique, surtout dans les scènes de combat, mais elle est passionnante à lire. Il y a d’autres magies et différents êtres magiques dans Fils des brumes, mais on vous laisse les découvrir…

C’est adaptable à l’écran ?

Les combats qui impliquent des fils et des filles des brumes sont hautement télégéniques et cinématographiques. Ils et elles bondissent dans les airs, attirent ou repoussent les métaux vers leurs adversaires… Effet Tigre et Dragon garanti ! Et celles et ceux qui aiment les héroïnes badass seront servis avec le personnage de Vin.