F1 : Fernando Alonso, Oscar Piastri… Comment Alpine se retrouve dans une telle sauce avec ses pilotes

Ce qui est bien pour Netflix avec la F1, c’est qu’elle lui livre sur un plateau des histoires à coucher dans des hangars désaffectés sans qu’elle n’ait à lever le petit doigt. La dernière en date ? Le foutoir sans nom chez Alpine qui a réussi en l’espace de quelques heures à se ridiculiser aux yeux du monde avec la vraie-fausse nomination d’Oscar Piastri en remplacement de Fernando Alonso. Avec cette question en guise de teaser : mais comment l’écurie française, 4e au championnat monde constructeurs, a-t-elle pu se retrouver dans une telle sauce ?

La question agite (et fait marrer) les paddocks, et un peu plus, depuis que Fernando Alonso a choisi lundi de quitter le navire pour rejoindre Aston Martin, sans que personne ne s’y attende, pas même son employeur actuel. Dans la foulée, Alpine a annoncé mardi en fin d’après-midi Oscar Piastri comme le deuxième pilote, au côté d’Esteban Ocon. Avant que le jeune Australien ne démente dans la foulée tout accord avec le constructeur français.

L’écurie bleu-blanc-rouge était pourtant bien sûr d’elle (ou pas) sur son compte Twitter. Après une conférence de presse lors de laquelle le directeur de l’écurie, Omar Szafnauer, était resté très évasif concernant l’identité du remplaçant de Fernando Alonso, c’est à la surprise générale quelques minutes plus tard qu’Oscar Piastri est annoncé en tant que futur pilote pour la saison 2023.

Nommé pilote de réserve cette saison, le jeune Australien champion de F2 fait partie de la famille Alpine depuis 2019. Le doute reste de mise quand on prête attention au communiqué, qui ne comporte aucune déclaration de l’Australien. Il n’a fallu que deux heures avant le démenti du jeune pilote, désormais légendaire sur Twitter avec plus de 367.000 likes, ridiculisant totalement l’écurie française qui pensait avoir la mainmise sur son protégé.

« Sans mon accord, Alpine F1 a publié un communiqué de presse en fin d’après-midi indiquant que je piloterai pour eux l’année prochaine. C’est faux et je n’ai pas signé de contrat avec Alpine pour 2023. Je ne piloterai pas pour Alpine l’année prochaine », cingle Piastri.

Incompétence ou coup de poker raté ?

Comment une écurie de cette carrure peut-elle faire une erreur pareille ? Annoncer une signature qui n’existe pas paraît lunaire, même pour les stratèges de chez Ferrari. Cela ressemble plus à un coup de poker « Patrick Bruelien » d’Omar Szafnauer qui est bien conscient que son protégé est courtisé par des écuries concurrentes, notamment McLaren.

« Nous avons beaucoup investi sur Oscar, en lui permettant notamment de faire plusieurs milliers de kilomètres avec la voiture de l’an dernier, a déclaré Szafnauer lors de sa conférence de presse. C’est un investissement financier, mais aussi émotionnel, et toutes les écuries ne font pas ça avec les pilotes de leur académie. Nous avons fait tout ça pour le préparer et avec l’objectif d’en faire un titulaire dans le futur. Pas pour qu’il rejoigne une autre écurie. »

A l’arrivée, l’addition est salée pour Alpine. Le divorce avec Oscar Piastri semble inéluctable après cette humiliation planétaire qui ne semble pas amuser que les fans de F1 (cf. le tweet de Mercedes ci-dessus)… Et il lui faut désormais trouver un nouveau pilote pour accompagner Ocon l’an prochain. Les rumeurs Pierre Gasly et Daniel Ricciardo tournent déjà. « Je ne pense pas que ce serait un problème si Daniel était de retour », a d’ailleurs anticipé Szafnauer dès mardi. En espérant cette fois-ci que le principal a été sondé sur cette éventualité.