Eurovision 2020 : Comment a été choisie la chanson avec laquelle Tom Leeb représentera la France

Tom Leeb au Festival du film de Sarlat (Dordogne), en novembre 2018. — Jacques BENAROCH/SIPA

L’information avait été éventée vendredi par Le Parisien. Elle a été confirmée ce mardi par France 2 : Tom Leeb défendra les chances françaises en finale de l’Eurovision le 16 mai, à Rotterdam (Pays-Bas). En revanche, le point d’interrogation demeure autour de la chanson qu’il interprétera.

Alexandra Redde-Amiel, la cheffe de la délégation tricolore à l’Eurovision – par ailleurs directrice des divertissements de France Télévisions – s’est exprimée ce mardi soir devant une dizaine de médias, dont 20 Minutes. Elle a confié que c’est le morceau qui a été choisi en premier, après un appel d’offres lancé auprès des auteurs et compositeurs français et, pour la première fois, internationaux.

« Universalité et émotion »

« On a reçu plus d’une centaine de chansons écrites pour la France. On a fait pas mal de comités d’écoute et puis, on a eu le coup de foudre pour une d’entre elles, a-t-elle raconté. Elle rassemblait ce qu’on voulait. » En l’occurrence, le cahier des charges portait sur trois points : l’universalité, l’émotion et la capacité du morceau à faire « vivre une expérience » à l’auditoire.

Xavier Bonnetain, directeur musique au sein de FranceTV Distribution, la filiale commerciale du groupe audiovisuel public, a précisé : « Quand on fait un comité d’écoute, on passe en revue à peu près une trentaine de titres. Cela devient vite indigeste. Et en fait, cette chanson-là a émergé toute seule. On est sûr de sa force parce que, quand on l’a écoutée, au milieu de toutes les autres, on avait oublié toutes celles d’avant et [on ne l’oubliait pas après avoir entendu les] cinq chansons d’après. C’est un signe. On s’est dit que le jour de la finale de l’Eurovision, cette chanson pouvait marquer, entraîner les gens et faire oublier les chansons autour. »

Le morceau en question a été tenu à l’écart des oreilles des journalistes, qui devront donc patienter encore un peu avant de se faire leur propre avis. « On est en train de passer d’une maquette à une chanson produite », a justifié Xavier Bonnetain. D’ailleurs, Tom Leeb serait ces jours-ci en studio pour travailler sur la version définitive. Dans un court message vidéo présenté aux médias, le chanteur de 30 ans s’est dit « très honoré » et « très excité à l’idée de participer à ce grand show ».

« Tom Leeb, c’est un grain de voix unique »

C’est donc après que la chanson a été choisie que le jeune artiste a été sélectionné pour l’interpréter. « Cela a été assez rapide. Dans notre unité, on suit des talents. Parmi eux, il y en avait un qui correspondait à ce qu’il nous faut pour donner toute son ampleur à la chanson », a affirmé Alexandra Redde-Amiel. Elle parlait donc de Tom Leeb dont elle a salué le « grain de voix unique » avant de lister ses qualités : « il est moderne, universel, charismatique, authentique, attractif. Il a un univers pop folk très intéressant qui a permis, quand vous découvrirez la chanson, de lui apporter encore plus de choses. »

La cheffe de la délégation française l’affirme, « la rencontre entre la chanson et l’artiste était magique. Les planètes se sont alignées. On est plutôt très confiants sur cette aventure à Rotterdam. On arrive avec un projet, un artiste, une chanson moderne et universelle, et plus déterminés que jamais à se rapprocher du podium. »

Une telle détermination attise la curiosité autour de cette chanson encore confidentielle. Les équipes de France Télévision promettent « une belle surprise pour le reveal [son dévoilement] ». « On veut créer l’événement sur les antennes », glisse Alexandra Redde-Amiel. Elle laisse entrevoir un dispositif « innovant », « quelque chose d’exceptionnel ». Et de conclure : « Quand on va prendre la parole, on veut que ça s’entende et que ça se voie. »

Culture

Comment Rotterdam a décroché l’organisation de l’Eurovision (et pourquoi Amsterdam a jeté l’éponge)

Culture

«On est fier d’être dans le Top 5 de l’Eurovision Junior», se réjouit Carla

0 partage