Européennes: Qui est Raphaël Glucksmann, le nouveau candidat qui veut unir la gauche?

Raphael Glucksmann, fondateur du parti Place publique, photographié en février 2019 à Paris. — LEWIS JOLY/SIPA

  • Raphaël Glucksmann a annoncé sa décision de se présenter aux Européennes.
  • Le parcours de l’essayiste est aussi atypique que fourni.
  • 20 Minutes revient sur la vie de cet homme politico-journaliste.

C’est décidé, Raphaël Glucksmann se présente aux élections européennes. Un nouveau cap dans une vie déjà bien remplie. A 39 ans, le politico-journaliste a déjà sur son CV un passé de documentariste, de rédacteur en chef, d’écrivain, d’essayiste et même de conseiller politique en Géorgie. Bref, on s’est dit qu’un petit portrait s’imposait histoire d’en savoir un peu plus sur cet homme-orchestre, fils de philosophe et militant de gauche qui s’inscrit de plus en plus dans l’actualité politique française.

Fils d’André Glucksmann, philosophe jadis maoïste qui a évolué au fil des années et des révélations sur la Chine du Grand Timonier vers des positions néoconservatrices, Raphaël Glucksmann entame donc sa vie médiatique avec la double étiquette « fils de » et « enfance dans le Xe arrondissement de Paris ». Pas des plus simples à porter. « Je suis peut-être bobo, mais pas germanopratin (un riche quartier du VIe arrondissement). Je n’ai jamais fréquenté l’élite germanopratine. Mon père était un ours qui ne sortait jamais de son Xe ! », se défendait-il auprès de l’AFP. Raphaël Glucksmann semble par contre mieux vivre son statut d’héritier, assurant à Libération en 2015 que ce dernier n’a « jamais été un fardeau ».

Du documentaire sur le génocide rwandais à la Géorgie

En 2004, il réalise Tuez les tous !, sur le rôle trouble de la France lors du génocide au Rwanda en 1994. Un film produit par un certain Michel Hazanavicius, rien que ça. Et le tout jeune réalisateur ne s’arrête pas là et sort la même année un documentaire sur la révolution orange ukrainienne. Il rencontre alors le président géorgien Mikheil Saakachvili, dont il deviendra l’un des conseillers de 2008 à 2012.

« Je coordonnais les réformes liées à l’intégration européenne. On a dit que je travaillais pour la CIA ! J’assume à un million de pourcents ce que j’ai fait. Ces révolutions, ce sont de vraies révolutions populaires d’émancipation de nations en butte à l’impérialisme russe », expliquait-il à l’époque à l’AFP. Et la révolution se fait aussi dans son cœur, puisque c’est là qu’il y rencontre et y épouse en 2011 la vice-ministre de l’Intérieur de Géorgie d’alors, Eka Zgouladze.

Retour en France et cap à gauche

Retour en France. Nous sommes en 2017 et c’est la présidentielle. Raphaël Glucksmann opère son virage à gauche. Celui qui partage désormais la vie de la journaliste Léa Salamé participe à l’écriture du grand discours de Benoît Hamon et vote dans la foulée pour le socialiste. S’il refuse alors de prendre la tête d’une liste de la gauche pour les européennes, il dira plus tard regretter cette décision, pensant que l’écologie avait « l’opportunité historique d’absorber la social-démocratie ». Là ne sera pas son seul regret puisqu’il reviendra en octobre de la même année sur ses propos tenus à l’encontre de Jean-Luc Mélenchon sur le plateau de Quotidien (TMC). Ce soir-là, Raphaël Glucksmann avait estimé que le leader de la France insoumise ne permettait pas « à une gauche intelligente d’émerger ».

Et c’est vers l’écriture qu’il se tourne alors pour inspirer cette « gauche intelligente ». Une initiative pas toujours teintée de succès. Il ne restera en effet que quelques mois à la tête de la rédaction du Nouveau magazine littéraire, avant d’y partir en août 2018, estimant ne pas pouvoir exprimer comme il le souhaite ses critiques de la politique d’Emmanuel Macron. Le magazine est de toute une façon un échec commercial, les ventes passant de 31.863 à 8.105 exemplaires en quatre numéros.

Création de Place Publique

Fin 2018, il sort son nouveau livre Les Enfants du vide, qui se vendra lui à près de 70.000 exemplaires. Il y prône un nouveau contrat social, une stratégie écologique à la hauteur et une marche progressive vers le revenu universel.

Avec son mouvement Place Publique, Raphaël Glucksmann veut fédérer la gauche. Avec son mouvement Place Publique, Raphaël Glucksmann veut fédérer la gauche. – Tristan Reynaud/SIPA

Mais l’homme revient aussi sur le terrain. Il est à l’origine de la création du nouveau mouvement politique, Place publique, un mouvement « citoyen, écologiste et solidaire », avec Claire Nouvian et Thomas Porcher en autres têtes d’affiche. Le 20 janvier 2019 a lieu le premier meeting du parti, qui a la lourde ambition de vouloir rassembler la gauche. Il s’agit là de la nouvelle idée fixe du philosophe qui a annoncé ce vendredi sur France Inter sa décision d’être candidat aux européennes. Une nouvelle étape de ce parcours atypique.

Élections

Européennes: Les maires de Rennes et Nantes apportent leur soutien à Raphaël Glucksmann

Politique

Européennes: Raphaël Glucksmann officiellement candidat pour prendre la tête d’une liste de gauche

0 partage