Euro 2021 : Regarde les Bleus tomber… Faut-il s’inquiéter pour l’état physique de l’équipe de France ?

Dans le meilleur des mondes en Bleu, la France a encore quatre cols à escalader pour décrocher son troisième Euro à l’issue de la finale du 11 juillet, après ceux de 1984 et 2000. Seulement, au fur et à mesure que la pente se durcit, le nombre d’équipiers se réduit, sans possibilité de jokers médicaux. Et l’inquiétude grandit, quant à l’état physique de la bande à DD.

Le malheureux Ousmane Dembélé, la cuisse de nouveau HS, a mis la flèche dès le deuxième match contre la Hongrie (1-1), samedi. Ce mercredi face au Portugal (2-2), ce sont tour à tour les deux Lucas, Hernandez puis Digne, qui ont mis pied à terre. « Le plus inquiétant c’est Lucas Digne parce que c’est une blessure musculaire [à l’ischio-jambier], a avoué Deschamps. Lui ça va être très compliqué. »

Il ne reste plus qu’à croiser les doigts pour Hernandez, en délicatesse avec un genou, afin que les Bleus ne finissent pas la compétition avec Adrien Rabiot, Presnel Kimpembé ou Guy Stéphan comme latéral gauche.

L’adversaire suisse de mardi en 8es n’est pas classé hors catégorie, mais si tout se passe bien face aux Helvètes, la suite sera bien plus relevée. Et il faudra l’aborder avec des joueurs fatigués par une saison covidée hors norme, et une phase de poules sans répit ni repos pour certains.

Peu de rotations à certains postes

« On a quand même des joueurs comme Benzema, Griezmann, Mbappé, Pogba, Kanté, qui ont énormément joué sur les trois premiers matchs, juge Willy Sagnol dans L’Equipe. Il y a eu très peu de rotations à ces postes-là. »

Si l’ancien latéral droit international fait confiance à Deschamps pour la gestion du groupe, il relève aussi avoir « vu les autres équipes faire un peu plus de rotations que les Bleus ». « On a déjà beaucoup tiré sur les organismes », relève-t-il. Il ne reste plus qu’à espérer que « la chatte a DD » ait aussi des dons de guérisseuse.