Etats-Unis : Un démocrate opposé à l’impeachment devient républicain, Trump jubile

L’élu démocrate Jeff Van Drew, qui a voté contre l’impeachment de Donald Trump, a rejoint le parti républicain le 19 décembre 2019. — Evan Vucci/AP/SIPA

Un élu démocrate du New Jersey, Jeff Van Drew, qui a voté mercredi contre l’impeachment de Donald Trump, a confirmé jeudi depuis la Maison Blanche, en présence du président américain, qu’il allait devenir républicain.

« Jeff va rejoindre le parti républicain (…) C’est une grande nouvelle ! », a lancé le président américain, tout sourire, depuis le Bureau ovale. « Nous sommes très heureux d’avoir Jeff avec nous », a-t-il ajouté. Assis au côté du président, l’élu démocrate a assuré l’ancien homme d’affaires qu’il pourrait désormais compter sur un appui sans failles. « Vous avez mon soutien éternel », a-t-il lancé à l’attention de M. Trump. « Pareil pour moi », a répondu le président américain en lui serrant la main. « Je lui apporte mon soutien », a-t-il ajouté.

Jeff Van Drew, 66 ans, a été élu au Congrès en 2018 dans un district qui était représenté par un républicain depuis 1995. « Je pense que c’est tout simplement plus adapté pour moi », a-t-il déclaré en évoquant son changement de parti.

« Je n’ai pas quitté le parti, le parti m’a quitté »

L’élu a cité l’ancien président Ronald Regan, l’un de ses « héros », qui était initialement enregistré comme démocrate avant de devenir républicain au début des années 60, longtemps avant d’accéder à la Maison Blanche en 1981. « Je n’ai pas quitté le parti démocrate, le parti m’a quitté », avait-il lancé dans une phrase restée célèbre.

Donald Trump est devenu mercredi soir le troisième président de l’histoire américaine mis en accusation au Congrès. La Chambre des représentants, dominée par les démocrates, s’est prononcée en faveur de l’« impeachment » du milliardaire républicain de 73 ans pour « abus de pouvoir » et « entrave à la bonne marche du Congrès ». Il appartient désormais au Sénat de juger Donald Trump, sans doute en janvier. Les républicains, qui contrôlent la chambre haute, ont la ferme intention d’acquitter leur président.

1 partage