Etats-Unis: Retards en pagaille dans les aéroports à cause du «shutdown»

Des contrôleurs aériens à l’aéroport JFK, à New York (illustration). — Seth Wenig/AP/SIPA

Les contrôleurs aériens font partie des employés fédéraux « essentiels » qui sont censés venir travailler pendant le shutdown. Mais alors qu’ils ne sont pas payés depuis 34 jours, les arrêts maladie sont en hausse et le trafic aérien est très perturbé ce vendredi dans le nord-est des Etats-Unis, notamment avec de gros retards à l’aéroport de La Guardia, à New York.

« A cause d’un problème d’effectif dans les tours de contrôle sur la côte est, il y a des retards importants à La Guardia », indique l’aéroport. La Federal Aviation Administration (FAA) précise qu’il y a « une légère hausse des arrêts de travail dans deux centres. Nous gérons les conséquences en redirigeant le trafic et en espaçant les vols en cas de besoin. »

La plupart des employés fédéraux qui travaillent dans les aéroports américains ne sont plus payés depuis 34 jours, faute d’accord entre les démocrates du Congrès et le président Donald Trump sur le budget. Beaucoup connaissent des difficultés financières et certains n’ont parfois plus les moyens d’assurer les frais de transport pour se rendre sur leur lieu de travail ou pour faire garder leurs enfants, et optent alors parfois pour un arrêt maladie.

Le service des impôts également touché

Aux Etats-Unis, la plupart des salariés se voient allouer chaque année un certain nombre de jours « maladie » qu’ils peuvent prendre sans avoir à produire un certificat médical. Selon l’Agence fédérale chargée de la sécurité dans les transports (TSA) le taux d’absentéisme atteignait jeudi 7,6 % parmi les personnels fédéraux des aéroports, contre 3 % un an plus tôt.

Les contrôleurs aériens ne sont pas les seuls à rester chez eux. Selon le Washington Post, 14.000 employés du service des impôts (IRS) ne sont pas venus travailler cette semaine, alors que le président américain avait demandé à 30.000 d’entre deux de venir travailler.

Après l’échec au Sénat pour voter un budget incluant une enveloppe pour le mur souhaité par Donald Trump, le président américain, qui fait face à une grogne montante contre le shutdown, a indiqué qu’il était prêt à signer tout compromis raisonnable entre les républicains et les démocrates. On semble se diriger vers une solution de court terme permettant de rouvrir le gouvernement pour plusieurs semaines, le temps de trouver un accord pour le mur à la frontière.