Etats-Unis : Le suspect de la fusillade en Californie cerné par la police

Le tireur suspecté d’avoir fait 10 morts dans une ville en banlieue de Los Angeles (Californie) samedi soir était cerné par la police dimanche, selon plusieurs médias locaux qui diffusaient en direct des images prises par hélicoptère.

Une camionnette blanche dans laquelle se trouverait le suspect était bloquée à l’avant et à l’arrière par des véhicules blindés de la police dans la ville de Torrance, au sud de Los Angeles, à un peu plus de 40 km de Monterey Park, ville à majorité asiatique où a eu lieu la fusillade dans un dancing. Le shérif du comté de Los Angeles, Robert Luna, avait annoncé plus tôt à Monterey Park que les forces de l’ordre avaient lancé une traque pour retrouver l’auteur de l’attaque, au mobile encore inconnu.

Les forces de l’ordre ont répondu à des premiers appels d’urgence samedi à 22h20 (06h20 GMT dimanche) et ont alors découvert des victimes et des clients sur le parking du dancing, a expliqué le shérif Luna lors d’une conférence de presse dimanche matin dans cette ville de 60.000 habitants en banlieue de Los Angeles. Les policiers sont entrés dans les lieux et ont « trouvé de nombreuses victimes de tirs ».

Les 10 personnes décédées sont cinq femmes et cinq hommes, mais n’ont pas encore été identifiées, a indiqué Robert Luna. « Au moins 10 victimes supplémentaires ont été transportées vers l’hôpital », a-t-il déclaré, précisant que « leur état varie de stable à critique ». « A cette heure-ci, notre description très préliminaire (du suspect) est celle d’un homme d’origine asiatique », a encore ajouté le shérif. Des images de vidéosurveillance publiées par la police pour identifier le suspect montrent un homme asiatique coiffé d’un bonnet et chaussé de lunettes.

« Nouveau Chinatown »

Sur les lieux du dancing, des agents du shérif travaillaient encore sur la scène de crime au petit matin dimanche, a constaté un journaliste de l’AFP, et les environs étaient bouclés par un périmètre de sécurité. Tout près de là, au dessus d’une rangée de lanternes rouges, une banderole souhaitait aux habitants une « joyeuse année du lapin ». « C’est vraiment très triste », lâchait Ken Nim, venu promener son chien au petit matin.

« C’est la première fois qu’ils tenaient le festival depuis la pandémie », a poursuivi auprès de l’AFP cet employé d’une entreprise d’informatique, qui vit à Monterey Park depuis plus de vingt ans. Selon lui, cette banlieue pavillonnaire, qu’il surnomme le « nouveau Chinatown » de Los Angeles, est un « endroit où il ne se passe normalement pas grand-chose. » Indiquant prier avec son épouse Jill pour les victimes de la fusillade, le président américain Joe Biden a dit « suivre la situation de près », dans un tweet.

Les enquêteurs vérifiaient également des informations sur un lien éventuel avec une tentative de fusillade le même soir dans un autre dancing dans la ville voisine d’Alhambra. « Un suspect d’origine asiatique est entré dans le dancing avec une arme qui lui a été arrachée des mains avant qu’il ne prenne la fuite », a déclaré le shérif Robert Luna. L’arme retrouvée « n’est pas un fusil d’assaut », a-t-il précisé.

Bardé de munitions

Samedi soir, des dizaines de milliers de personnes venaient de se rassembler près du lieu de la fusillade à Monterey Park pour les festivités du Nouvel An lunaire, prévues sur deux jours et particulièrement importantes pour la communauté asiatique. Selon le propriétaire d’un restaurant voisin cité par le Los Angeles Times, trois personnes sont entrées en courant dans son établissement au moment de la fusillade et lui ont demandé de fermer la porte à clef.

Ces trois personnes ont raconté qu’il y avait un homme avec un fusil semi-automatique et bardé de munitions qui rechargeait son arme régulièrement, a déclaré au journal Seung Won Choi. Selon le shérif Luna, les enquêteurs n’ont pas encore déterminé si les victimes avaient été ciblées en raison de leurs origines. « Toutes les pistes sont envisagées. Nous ne savons si c’est un crime motivé par la haine comme le définit la loi », a-t-il déclaré.

Le « crime motivé par la haine » désigne aux Etats-Unis un acte contre une personne ciblée pour des éléments de son identité comme la race, la religion, la nationalité, l’orientation sexuelle ou un handicap. Les Etats-Unis paient un très lourd tribut à la dissémination des armes à feu sur leur territoire et à la facilité avec laquelle les Américains y ont accès.

Ce même samedi soir, 12 personnes ont été blessées par balles dans une discothèque de Baton Rouge, la capitale de la Louisiane, une nouvelle illustration qu’aucun lieu de la vie quotidienne américaine ne semble à l’abri. Environ 49.000 personnes sont mortes par balle en 2021 aux Etats-Unis, contre 45.000 en 2020, qui était déjà une année record. Cela représente plus de 130 décès par jour, dont plus de la moitié sont des suicides.