Equipe de France : Absence de Nkunku, Kimpembe en galère et grosse team face aux Kazakhs… On débriefe la conf de DD

Au siège de la Fédé,

La nouvelle liste de Didier Deschamps, un mois après la victoire en Ligue des nations, revêtait une importance toute particulière ce jeudi. Pas tant parce que les Bleus peuvent décrocher officiellement leur ticket pour le Mondial 2022 en cas de victoire contre le Kazakhstan, le 13 novembre au Parc des Princes, mais parce que ce rassemblement sera le dernier avant le printemps prochain.

C’était donc une opportunité inespérée pour ceux qui rêvaient d’entendre pour la première fois leur nom dans la bouche de Didier Deschamps. On pense notamment à Christopher Nkunku, buteur face au PSG mercredi soir et auteur de prestations XXL depuis des mois maintenant du côté de Leipzig. Mais les maîtres mots du sélectionneur étaient tout autres, jeudi : stabilité, continuité. Ainsi, à part les retours de N’Golo Kanté, Alphonse Areola et Kurt Zouma, aucune nouvelle tête ne sera présente à Clairefontaine lundi prochain.

Nkunku, pas encore pour cette fois

Parmi les noms qui reviennent régulièrement sur la liste à fantasmes des journalistes (Téji Savanier, Nordi Mukiélé ou encore Jonathan Clauss), il y en a un sur lequel on aurait presque pu mettre un petit billet, jeudi. Celui de Christopher Nkunku. Buteur contre son ancien club mercredi soir en Ligue des champions, le désormais attaquant ne cesse de nous mettre des paillettes dans les yeux semaines après semaine avec Leipzig. Avec 10 buts et 5 passes dé’ cette saison, l’ancien titi parisien a pris une épaisseur à laquelle, soyons honnêtes, on ne croyait pas beaucoup quand il vivotait sur le banc parisien.

Mais s’il fait partie des « candidats sérieux qui peuvent avoir une opportunité », dixit Deschamps, le joueur paye les derniers bons résultats de l’équipe de France en Ligue des nations. « Sur cette liste-là, on est dans la continuité du dernier rassemblement. Quand ça se passe bien, voire très bien, c’est logique de maintenir la confiance aux joueurs qui étaient là », a indiqué le sélectionneur. Mais DD a invité l’ancien Parisien « à continuer » sur sa lancée, laissant entendre qu’il n’est plus très loin de toucher au but.

Areola, le retour

Tiens, revoilà Areola ! Clairement distancé dans la course aux places en équipe de France, Alphonse Areola a pourtant été rappelé en Bleu par Deschamps pour pallier l’absence de Mike Maignan, blessé à la main avec l’AC Milan. Ce come-back a de quoi surprendre dans le sens où le gardien de West Ham n’est pas titulaire en club depuis le début de la saison. Mais à ce poste de troisième gardien, ce n’est pas tant une histoire de niveau que d’état d’esprit et de connaissance de la maison.

Deschamps : « Alphonse ne joue pas tous les matchs mais il reste performant quand il joue, il a notamment été très bon match contre City en Cup. C’est vrai qu’il n’a pas le temps de jeu d’un titulaire mais il a un vécu avec nous. Et comme il a été performant sur les matchs qu’il a joués, ça me semble logique de le rappeler. » À nouveau convoqué avec les Espoirs, le jeune Illan Meslier de Leeds devra encore patienter.

Deschamps défend Kimpembe après son erreur contre Leipzig

Comme nous, Didier Deschamps a assisté mercredi soir au festival de jongleries de Presnel Kimpembe, à la rue en Ligue des champions contre Leipzig et responsable de l’égalisation allemande dans le temps additionnel. Interrogé sur le côté chien fou du généreux Presko, le sélectionneur a quelque peu dérogé à la règle selon laquelle il ne dit jamais rien de négatif sur ses joueurs en public. Mais face à l’évidence du non-match du Parisien mercredi, DD ne pouvait faire l’autruche.

« Il connaît les conséquences de son erreur. Presnel ne fait pas tout bien, il fait partie de ces joueurs qui enchaînent tous les matchs, peut-être même un peu trop. Il peut lui arriver d’être moins bon, d’être responsable et, dans l’idéal, il faut gommer tout ça », a-t-il déclaré avant de détailler les axes de progression du joueur. « La relance et la maîtrise technique. Il peut aussi se laisser emporter dans certains duels, prendre quelques cartons mais par rapport à ce qu’il apporte, il y a plus de positif que de négatif », a-t-il conclu.

La grosse team contre le Kazakhstan

On ne sait pas si elle était en mission commandée pour le prochain adversaire des Bleus, toujours est-il que la journaliste kazakhe a beaucoup fait rire Deschamps quand elle lui a laissé entendre que le Kazakhstan ne jouait pas dans la même catégorie que l’équipe de France et que, donc, celui-ci pourrait être sympa et aligner une équipe bis le 13 novembre prochain.

Réponse, amusée, du sélectionneur : « Je comprends votre intérêt kazakhstanais, mais on ne va pas sous-estimer cette équipe. On a un objectif clair qui est la qualification et ça passe par une victoire contre le Kazakhstan. Même s’il y a des jeunes dans cette liste, je ne vais pas préparer ce match en disant « peu importe les joueurs que je mets, on va gagner ». Je me souviens du match aller, ça s’était bien passé mais ça n’avait pas été simple. Je mettrai donc l’équipe que je jugerai la plus compétitive possible. » Tant pis, c’était bien essayé.