En pleine tourmente, Facebook perd Chris Cox, lieutenant de Mark Zuckerberg

Le directeur produit de Facebook, Chris Cox, a annoncé son départ le 14 mars 2019. — Sunday Alamba/AP/SIPA

Nouveau coup dur pour Facebook. Menacée par plusieurs enquêtes, une amende record et une panne qui a perturbé ses services, l’entreprise devra faire sans son directeur produit, Chris Cox, qui a annoncé jeudi qu’il quittait son poste après plus de 13 ans passés aux côtés de Mark Zuckerberg. Si Sheryl Sandberg est la numéro 2 officielle du groupe, Chris Cox, l’un des premiers ingénieurs recrutés par Facebook en 2005, qui supervisait les quatre apps principales (Facebook, Instagram, WhatsApp et Messenger), faisait office de numéro 3.

Mark Zuckerberg a fait part de sa « tristesse » et a également annoncé le départ de Chris Daniels, qui supervisait WhatsApp depuis le départ de ses deux cofondateurs. Au rang des nominations, le réseau social a annoncé l’arrivée de Will Cathcart à la tête de WhatsApp, et celle de Fidji Simo aux manettes de l’application Facebook, après avoir jusqu’à présent été en charge de la vidéo, des jeux vidéo, et de la monétisation au sein du réseau.

« Un nouveau chapitre »

La semaine dernière, Mark Zuckerberg a annoncé une refonte majeure à venir des services Facebook, avec un « pivot » autour de la vie privée mettant l’accent sur la messagerie, au détriment du réseau social public. « Il fallait un leader qui soit excité par cette nouvelle direction », écrit Chris Cox, sous-entendant qu’il ne l’était pas.

Mark Zuckerberg, lui, précise que son lieutenant souhaitait partir depuis un moment. « Mais après 2016, nous avons réalisé que nous avions un travail important à faire pour améliorer nos produits pour la société, et il est resté pour nous aider dans cette mission ». « L’histoire des réseaux sociaux n’est pas encore écrite, et leurs effets ne sont pas neutres. Nous devons comprendre leur impact – le positif et le négatif – et travailler pour faire pencher la balance vers le bien. C’est notre plus grande responsabilité », acquiesce Cox.

Propagation des Fake News et de la haine, gestion peu scrupuleuse des données personnelles… Facebook va de polémique en scandale. Après l’affaire Cambridge Analytica, une autre enquête autour du partage des données personnelles avec d’autres groupes technologiques a été ouverte, a révélé le New York Times mercredi. Selon le Washington Post, l’entreprise négocie actuellement avec les autorités américaines et pourrait écoper d’une amende de plusieurs milliards de dollars.

0 partage