En Chine, cinq tueurs à gage qui s’étaient sous-traité un assassinat condamnés à la prison ferme

Guangxi, illustration — Peng Huan/SIPA

C’est l’histoire d’un homme d’affaires qui engage un tueur à gage, qui engage un tueur à gage, qui engage un tueur à gage… Un groupe de cinq tueurs à gages qui se sont successivement refourgué un contrat d’assassinat et le commanditaire, Qin Youhui, ont été condamnés pour tentative de meurtre ce mercredi en Chine, rapporte la BBC.

Tout commence six ans plus tôt lorsque deux investisseurs immobiliers, Qin Youhui et son concurrent, un certain M. Wei, ont un désaccord professionnel. M. Wei engage alors des poursuites judiciaires contre l’entreprise de Qin Youhui qui, inquiet de perdre une forte somme d’argent dans un long procès, décide « d’éliminer » son concurrent.

Une sous-traitance du crime

La transaction intervient à l’automne 2013 quand Qin Youhui décide alors d’engager le premier tueur à gage, Xi Guangan, pour 2 millions de yuans (254.218 euros). Peu de temps après avoir accepté, Xi Guaguan refile le meurtre à un autre tueur à gage, Mo Tianxiang, pour 1 million de yuans (127.188 euros). Et renégocie au passage avec le commanditaire d’être payé 1 million de yuans supplémentaires.

A son tour, Mo contacte un autre tueur à gage, Yang Kangsheng, qui accepte la besogne pour une avance 270.000 yuans (34.338 euros) et 500.000 yuans (63.589 euros) une fois la tâche effectuée. Encore une fois, Yang Kangsheng engage un tueur à gage qui sera le quatrième, Guangsheng, pour à peu près la même somme que lui. Cette singulière sous-traitance prendra fin avec Ling Xiansi, qui sera le cinquième et dernier tueur à gage engagé par Yang Guangsheng, pour 100.000 yuans (12.717 euros)

Finalement, la cible est toujours en vie

Six mois après que le contrat originel ait été ordonné, Ling Xiansi laisse une note à l’homme cible de l’assassinat, M. Wei, pour qu’ils se rencontrent dans un café. C’est à ce moment que Ling lui dit : « Pour seulement 100.000 yuans, je ne te tuerai pas, mais tu dois coopérer avec moi. » Il lui propose de mettre en scène sa propre mort, photos à l’appui, qui remonteront ensuite à tous les intermédiaires. M. Wei, feind alors de disparaître pendant une dizaine de jours avant de se rendre à la police pour rapporter ce qui lui est arrivé.

L’affaire était déjà passée en procès en 2016, mais les 6 accusés ont à l’époque été acquittés par manque de preuves. Les procureurs ont par la suite fait appel de la décision et le second procès aura duré trois ans. Ils ont tous écopé d’une peine de prison allant de 2 à 5 ans, en fonction de leur rang dans la chaîne de commandement.

Sport

Chine: La TV d’Etat prédit un «châtiment» pour le patron de la NBA

Monde

Corée du Sud : Une mystérieuse affaire de tueur en série enfin résolue au bout de trente ans ?

251 partages