Emmanuel Macron veut accélérer en même temps les énergies renouvelables et le nucléaire

Les besoins d’électricité de la France vont augmenter de « 40 % d’ici 2050 ». C’est pour cette raison que Paris doit aller « deux fois plus vite » sur la mise en service de projets d’énergie renouvelable et accélérer en même temps sur le nucléaire, a estimé Emmanuel Macron ce jeudi.

« Nous allons massivement accroître nos besoins en électricité » et la France aura besoin d’accélérer sur ses projets d’énergies renouvelables, a déclaré le président lors de l’inauguration du premier parc d’éoliennes en mer français, au large de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique). Il a confirmé l’objectif d’installer une « cinquantaine de parcs éoliens en mer », ainsi que de poursuivre l’éolien sur terre, notamment grâce à une réduction du temps d’instruction des dossiers qui doivent rester « compatibles » avec la préservation de la biodiversité et la prise en compte des procédures contentieuses de recours.

« La diversification du modèle »

Les procédures devront s’accélérer aussi sur le nucléaire, a dit le président, qui a annoncé en février dernier la commande de six réacteurs de nouvelle génération, appelés EPR. « J’ai annoncé la première tranche en 2035 pour le nucléaire. Ce que je souhaite c’est qu’on aille beaucoup plus vite », a-t-il dit. Un audit publié en février évoquait l’horizon 2037 pour les premières mises en service.

« On peut aller beaucoup plus vite si on simplifie les choses, donc on sera dans la même logique sur le nucléaire », a-t-il dit. « Le tout ENR ne marche pas, le tout nucléaire ne marche pas », a justifié Emmanuel Macron. « Et ce qu’on est en train de vivre aujourd’hui avec la guerre, ce que vivent encore plus certains voisins comme les Allemands, c’est que la clef en matière d’énergie, c’est la diversification du modèle ».

Des éoliennes sur les bords d’autoroute et les voies ferrées

Il a aussi promis un meilleur « partage de la valeur » pour les projets renouvelables avec les collectivités et les riverains, ce qui concernera en premier lieu les éoliennes en mer, souvent contestées.

« Dans le nucléaire, il y a un vrai retour pour les communes, ce qui a aidé à l’acceptabilité, on doit en faire de même pour les projets d’énergie renouvelables », a dit Emmanuel Macron. Parmi les pistes de développement du solaire, le chef de l’État a évoqué « la libération du foncier » pour installer plus de panneaux sur les friches, en citant les bords d’autoroutes et de voies ferrées, mais aussi certaines terres agricoles avec l’agrovoltaïsme.