Emmanuel Macron à Vichy : Une visite symbolique pour éviter de « manipuler » l’histoire et répondre à Eric Zemmour

Un déplacement d’un président de la République à Vichy n’est jamais anodin et l’annonce de celui-ci sent la réponse à Eric Zemmour. Avant même d’arriver dans la commune de l’Allier, Emmanuel Macron a donné le ton sur France Bleu Pays-d’Auvergne : « Gardons-nous de manipuler » l’Histoire. Un avertissement visant directement le fraîchement candidat à l’élection présidentielle 2022, qui a défendu, il y a encore quelques semaines, un prétendu rôle du maréchal Pétain dans le sauvetage des Juifs. « Vichy nous renvoie à une histoire. Cette histoire, nous l’avons vécue, elle est écrite par les historiennes et historiens », « gardons-nous de la manipuler, de l’agiter, de la revoir », a précisé le chef de l’Etat.

Cette visite à Vichy, au contexte lourd, s’inscrit dans un périple de deux jours du président à travers le Cher et l’Allier. Emmanuel Macron devait surtout y parler thermalisme, soutien au patrimoine et à l’accueil du sport de haut niveau, à l’occasion de l’inscription de la cité thermale au patrimoine de l’Unesco. Mais après avoir snobé des invitations plus symboliques, comme des hommages à Simone Veil ou aux 80 parlementaires qui ont refusé les pleins pouvoirs à Pétain, l’opportunité politique était immanquable.

« Régime de Pétain » plutôt que « régime de Vichy »

C’est aussi l’occasion de refermer la page douloureuse de « l’itinérance mémorielle » pour le chef de l’Etat. En 2018, Emmanuel Macron avait déclenché une polémique en estimant que le maréchal Pétain avait été « un grand soldat » lors de la Grande Guerre, et qu’il était légitime de lui rendre hommage à ce titre. Des gestes de mémoire sont prévus dans cette visite à Vichy, et le vocabulaire d’Emmanuel Macron sera étudié avec attention.

Le maire LR de la ville, Frédéric Aguilera, demande en effet dans Le Parisien « d’éviter l’utilisation de l’expression régime de Vichy », pour ne pas stigmatiser la ville, où le gouvernement de l’Etat français s’était installé durant le Seconde Guerre mondiale. Le maire indique qu’il préférerait que l’on parle de « régime de Pétain ».

Emmanuel Macron sera ce mercredi après-midi seulement le troisième président de la République, après le général de Gaulle en 1959 et Valéry Giscard d’Estaing en 1978, à se rendre à Vichy.

Réhabilitation de Pétain par Zemmour: «absurde et faux» selon des historiens