Elections métropolitaines 2020 à Lyon : Ces projets sur lesquels les candidats comptent se démarquer

David Kimelfeld, président sortant de la métropole de Lyon et candidat à sa propre succession, envisage de réaliser plusieurs espaces flottants — DK2020

  • Les 15 et 22 mars, les électeurs de l’agglomération lyonnaise voteront également pour les élections métropolitaines.
  • Neuf candidats briguent la présidence de la métropole.
  • Nous avons choisi de présenter l’idée phare de leur programme qui leur permet de se différencier des autres.

En parallèle des élections municipales, les électeurs de l’agglomération lyonnaise devront également désigner le même jour, les conseillers métropolitains et indirectement le président de la métropole. Une élection à laquelle se présentent neuf candidats, têtes de liste. 20 Minutes a choisi de vous présenter les projets sur lesquels chacun se démarque des autres. Voici les idées retenues.

Bruno Bernard veut relooker les quais du Rhône

Le candidat écologiste entend « reconquérir » une partie de la rive droite des quais du Rhône à Lyon. A savoir la portion de 3 kilomètres située entre le quai André Lassagne et le quai Gailleton. L’objectif : réduire à 50.000 le nombre de véhicules qui roulent quotidiennement au sud de Perrache, contre 115.000 actuellement. Les huit voies de circulation seraient ramenées à quatre : deux dans chaque sens de circulation. Pour cela, Bruno Bernard ambitionne d’aménager des espaces dédiés aux piétons et aux cyclistes en élargissant notamment les trottoirs, en réalisant des bandes cyclables de 4 mètres de large isolées de la circulation et en implantant une ligne de tramway. Ce futur T7 relierait le quartier de Bellecour à celui de la Part-Dieu en moins de dix minutes et circulerait notamment le long du Grand Hôtel-Dieu. Coût global du projet : 140 millions d’euros.

EELV ambitionne de relooker une partie de la rive droite des quais du Rhône à Lyon EELV ambitionne de relooker une partie de la rive droite des quais du Rhône à Lyon – Maintenant Lyon

François-Noël Buffet plaide pour un « Central Parc »

Le chef de file des Républicains veut créer un « troisième poumon » vert d’une centaine d’hectares, qui réunirait le parc de Gerland, les espaces verts de la Confluence et un nouveau lieu, le parc de la Saulaie (à la place de l’actuel technicentre SNCF de la Mulatière). Il envisage aussi de créer deux passerelles mode doux pour connecter ce futur parc à celui de Gerland et à la Confluence. Il faudra toutefois se montrer patient, car si le projet peut être lancé dès le prochain mandat, il ne devrait pas être achevé avant une dizaine d’années. Quant au coût, il n’a pas été précisé.

Gérard Collomb, le défenseur des grandes infrastructures

Se félicitant de ce qu’il a mis en place depuis 15 ans, l’ancien président de la métropole entend poursuivre les projets qu’il n’a pas eu le temps de boucler. A l’heure de la transition écologique, le candidat LREM assume ses choix. Pour écarter les « véhicules en transit », Gérard Collomb annonce vouloir achever le grand contournement Est de Lyon (A432 Sud) afin de « rendre à la rocade Est son rôle de desserte de l’agglomération et de limiter son accès aux poids lourds ». Il entend également réaliser l’Anneau des sciences, contournement ouest de l’agglomération ainsi que la ligne ferroviaire Lyon-Turin, « corridor ferroviaire allant de la péninsule ibérique jusqu’en Hongrie ». « Ce projet écologique reliera Lyon à la zone européenne de forte croissance en évitant le passage de milliers de poids lourds dans les vallées alpines », plaide-t-il.

David Kimelfeld rêve d’une métropole « flottante »

Parmi les 400 propositions déclinées par David Kimelfeld dans son programme, une place importante est faite aux « espaces flottants » pour « renouer avec les fleuves et les cours d’eau ». Pour ce qui est des loisirs, le président sortant de la métropole projette de construire un « espace de détente végétalisé » sur une plateforme posée sur le Rhône à proximité du Grand Hôtel-Dieu à Lyon. Sur les berges de Saône, il promet d’aménager des jardins « flottants » avec des jeux d’eau. Deux piscines modulables seraient par ailleurs installées vers le parc des berges à Lyon et à Fontaines-sur-Saône. Pour ce qui est de la vie pratique, le candidat veut également expérimenter des « logements étudiants en habitat modulaire flottant » près du campus de la Doua à Villeurbanne et construire de la même façon des espaces de travail ainsi que « des logements abordables » vers le canal de Jonage, aux abords de la Cité Internationale (6e) et juste en face, vers le quartier de Saint-Clair à Caluire.

David Kimelfeld propose de créer des logements étudiants flottants dans la métropole de Lyon. David Kimelfeld propose de créer des logements étudiants flottants dans la métropole de Lyon. – DK2020

Andrea Kotarac, l’homme des brigades

Le candidat du rassemblement national ne fait aucun mystère sur sa priorité : la sécurité. Il prévoit de créer plusieurs brigades : une « brigade de l’environnement » pour dissuader notamment les habitants de jeter leurs papiers ou déchets en dehors des poubelles dédiées et les inciter à respecter davantage la nature. Et une brigade des transports pour lutter contre les incivilités dans les transports en commun.

Eric Lafond imagine des « hubs » pour travailler à distance

L’ambition du candidat centriste et de la liste citoyenne est d’apporter des « solutions alternatives » aux habitants de la métropole qui se rendent quotidiennement dans le centre de Lyon pour y travailler. L’objectif est d’éviter qu’ils ne se déplacent en voiture, notamment aux heures de pointe. Eric Lafond envisage de créer ainsi 50 « hubs de travail à distance », implantés à côté des gares de la métropole, « aujourd’hui sous utilisées », ou près des parcs relais. « Ce qui permettra aux utilisateurs de prendre un train ou un métro à toute heure de la journée s’ils doivent honorer rapidement un rendez-vous dans le centre-ville », explique-t-il. Et d’insister : « Venir au bureau tous les jours à la même heure est une habitude bien ancrée mais plus réellement nécessaire aujourd’hui. Il faut donc leur donner les moyens de décaler leurs habitudes ».

Le métro circulaire selon Renaud Payre

Le candidat de la Gauche Unie défend ardemment l’idée d’un métro circulaire en surface, qui ferait ainsi le tour de l’agglomération lyonnaise. La première ligne relierait les communes de Tassin-la-demi-lune à Saint-Fons en passant par les hôpitaux Lyon Sud. La seconde partirait de Saint-Fons pour rejoindre le campus de la Doua en Villeurbanne et serait notamment reliée à la gare de Vénissieux et le quartier de la Soie à Vaulx-en-Velin. L’idée : « arrêter de tout concentrer au centre de Lyon ». Le coût du projet est estimé à 900 millions d’euros pour un tracé de 40 kilomètres.

Nathalie Perrin-Gilbert, une alimentation saine pour tous

Pour contrer la Cité de la gastronomie de Lyon, qu’elle juge « excluante » et essentiellement dédiée aux touristes, la maire sortante du 1er arrondissement de Lyon annonce vouloir ouvrir « une cité de l’alimentation responsable » dans les anciennes usines Fagor-Brandt (7e). Il s’agirait d’y implanter un marché d’intérêt local, une cuisine centrale où seront confectionnés les repas destinés aux cantines de la ville, un marché de producteurs « accessibles à tous » et une « cantine populaire ». « Les repas servis auront été cuisinés dans la cuisine centrale et seront à un coût modéré pour les usager(e) s », explique-t-elle.

Élections

Elections 2020 à Lyon : Vous êtes perdus ? On vous dit tout sur les candidats à la métropole

Élections

Municipales et métropolitaines à Lyon : Les électeurs voteront deux fois le même jour les 15 et 22 mars, une situation unique en France

5 partages