Elections européennes : Fronde d’anciens ministres socialistes après des sorties de Glucksmann sur le Rwanda

Raphaël Glucksmann est la tête de liste pour les élections européennes de Place publique, du Parti socialiste et de Nouvelle donne. — David Vincent/AP/SIPA

Vingt-trois anciens ministres socialistes ont interpellé le PS pour se plaindre de propos de Raphaël Glucksmann, la tête de liste PS/Place publique pour les européennes, portant sur François Mitterrand et le génocide rwandais. Cette lettre datée du 9 mai révélée par Le Canard enchaîné, a été notamment signée par Hubert Védrine, Bernard Cazeneuve -qui a récemment apporté son soutien au candidat et participera à l’un de ses meetings jeudi à Lyon-, Jack Lang, Michel Charasse, Elisabeth Guigou, Edith Cresson ou encore Roland Dumas.

Ils s’y émeuvent de deux déclarations de Raphaël Glucksmann. La première aurait été prononcée en janvier : « François Mitterrand a porté de la manière la plus radicale et la plus abjecte la politique de la France au Rwanda. » La seconde, le 6 avril, aurait été dite en marge de son meeting à Toulouse : l’ancien président aurait été, selon le fondateur de Place publique, « complice du génocide au Rwanda » perpétré par les Hutus et qui a fait environ 800.000 morts parmi les Tutsis entre avril et juillet 1994.

Pas de réponse côté Glucksmann

« Comment peut-on porter un tel jugement, alors que la France a été (…) le seul pays, dès le feu vert donné par l’ONU, à mener une opération humanitaire en 1994, pendant le génocide, pour sauver des vies, pendant que le monde entier restait indifférent ? », écrivent les ex-ministres. La politique française au Rwanda « peut être critiquée » mais « rien, absolument rien, ne peut justifier les accusations de « complicité de génocide » relayées par M. Glucksmann, alors qu’il s’exprime aujourd’hui au nom des socialistes », poursuit le courrier.

Ses signataires demandent à Olivier Faure « de convaincre Raphaël Glucksmann de retirer ses insultes et accusations infondées envers François Mitterrand », et « en cas de refus » qu’il « trouve les formes appropriées pour désavouer ses propos ». Ni Raphaël Glucksmann ni son entourage n’ont pour le moment répondu. Interrogé sur ces propos lors d’une émission de Radio J, le 5 mai, le candidat ne les avait pas démentis, déclarant : « La France a armé, soutenu financièrement et politiquement les génocidaires » alors que « François Mitterrand était président de la République ».

« Je m’inscris dans les pas de François Mitterrand sur la construction européenne, la peine de mort, les mesures sociales de 1981, pas dans la politique africaine de la France », avait-il ajouté.

Politique

Beaucoup de PS et peu de Place publique… Raphaël Glucksmann présente sa liste pour les européennes

Politique

Macron lance une commission sur les responsabilités de la France au Rwanda, les associations sceptiques

2 partages