Elections européennes: Christophe Castaner a-t-il des raisons de redouter un blocage des urnes par les «gilets jaunes»?

Christophe Castaner le 8 mai à Paris. — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

  • Des «gilets jaunes» déterminés menacent-ils la bonne tenue des élections européennes, prévues le 26 mai?
  • Christophe Castaner a indiqué à l’hebdomadaire Paris Match qu’un tel risque mobilisait l’attention du ministère de l’Intérieur, ce qui a amené des internautes à dénoncer un «mensonge».
  • Contacté par «20 Minutes», le ministère tempère toutefois la réalité de cette menace qui fait partie de ses différentes craintes autour du scrutin.

Si les tensions et les désaccords entre le ministère de l’Intérieur et les « gilets jaunes » subsistent depuis les premiers jours de la mobilisation, les deux camps vont bientôt faire face à un évènement majeur (et inédit) : les élections européennes du 26 mai.

Un événement qui soulève quelques inquiétudes du côté de la place Beauvau, qui craint un blocage des urnes par des « gilets jaunes » radicalisés. « Oui, cela fait partie des appels identifiés sur lesquels les services travaillent » a ainsi affirmé le ministre de l’Intérieur à Paris Match, dans un article publié le 8 mai et intitulé « Gilets jaunes : Castaner redoute un blocage des urnes ».
 
« Nous ne pouvons pas exclure des tentatives d’intimidation », a-t-il prévenu. Depuis quelques jours, les services du renseignement sont donc à pied d’œuvre pour cibler les appels et « évaluer la situation […] Les plus ultras pourraient donc être tentés par des actions symboliques », poursuit Paris Match.

La confidence de Christophe Castaner ne manque pas d’alimenter, depuis, la défiance d’internautes dénonçant une stratégie de la peur ou un « nouveau mensonge » du ministre, qui est resté flou sur la réalité d’une telle menace.

FAKE OFF

Contacté par 20 Minutes, le ministère de l’Intérieur rappelle qu’il est, « d’une manière générale, chargé de la bonne tenue des élections, en se coordonnant notamment avec les préfectures » et « doit éviter tout problème qui pourrait mettre à mal le bon déroulement du scrutin. »

S’il explique ne pas pouvoir en dire plus sur l’origine de cette piste, pour préserver le secret autour du travail mené par les services de renseignement, il tempère surtout la crainte spécifique d’une menace « jaune » : « Il y a une vigilance autour d’un éventuel blocage des urnes par des « gilets jaunes », comme pour toute menace qui pourrait perturber le bon déroulement des élections, telle qu’un attentat terroriste. Mais c’est une simple piste parmi d’autres. »

« Au vu de l’actualité, il est normal que les services de renseignement travaillent sur ces personnes, certains « gilets jaunes » ayant attaqué des symboles de la République », poursuit le ministère de l’Intérieur, avant d’ajouter : « On ne peut pas dire que [le blocage des urnes par des « gilets jaunes »] est une menace réelle à ce stade mais elle fait partie des risques envisagés. Plus on va s’approcher du 26 mai, plus on aura des éléments concrets sur les menaces qui pèsent sur le scrutin. »

Des appels à voter le 26 mai, dans un groupe Facebook de gilets jaunes. Des appels à voter le 26 mai, dans un groupe Facebook de gilets jaunes. – capture d’écran/Facebook

Une attaque de manifestants déterminés – comme le groupe « Opérations spéciales gilets jaunes », spécialisé dans les interventions coup de poing – reste bien possible le 26 mai. Mais on trouve toutefois majoritairement, sur les groupes Facebook de « gilets jaunes », des appels à se mobiliser massivement dans les urnes le 26 mai pour « punir » la majorité présidentielle. Comme à éviter l’abstention, jugée favorable au gouvernement.

Politique

Européennes: Propositions, têtes de liste, couleur politique… On vous dit tout sur les deux listes «gilets jaunes»

Politique

Européennes: Pourquoi LREM joue la stratégie du chaos face au RN

39 partages