Donald Trump vivement critiqué pour avoir dîné avec Kanye West et un suprémaciste blanc

Donald Trump a essuyé samedi une pluie de critiques de la Maison-Blanche et d’une partie de son camp pour avoir dîné cette semaine avec le rappeur Kanye West et un suprémaciste blanc. Donald Trump, candidat à l’élection présidentielle de 2024, a confirmé avoir dîné avec la star de la mode et du rap à Mar-a-Lago, sa résidence en Floride, s’attirant immédiatement de vives critiques de la classe politique américaine.

Pourquoi ? Tout simplement parce que Kanye West, qui se fait appeler Ye, est au cœur d’une série de controverses, entre autres pour avoir publié des propos dénoncés comme antisémites sur ses réseaux sociaux. « L’intolérance, la haine et l’antisémitisme n’ont aucune place en Amérique – y compris à Mar-a-Lago », a fustigé un porte-parole de la Maison-Blanche, Andrew Bates.

« Un antisémite comme Kanye West et une ordure comme Nick Fuentes »

Au cœur de la polémique également, la participation à ce dîner de Nick Fuentes, 24 ans, connu pour diffuser les idées du suprémacisme blanc dans ses podcasts. Selon l’organisation américaine de lutte contre l’antisémitisme Anti Defamation League (ADL), le jeune homme aurait aussi remis en cause l’existence de l’holocauste.

Les dénonciations ont également émané du camp de Donald Trump. « Toute entrevue, même de courtoisie, avec un antisémite comme Kanye West et une ordure comme Nick Fuentes est inacceptable », a regretté David Friedman, son ancien ambassadeur en Israël. « Je veux dire à mon ami Donald Trump qu’il vaut mieux que ça », a-t-il tweeté.

L’ancien locataire de la Maison-Blanche s’est défendu sur son réseau social, assurant que le repas était « rapide » et « sans histoire ». Donald Trump a affirmé s’être « très bien entendu » avec Kanye West et que ce dernier n’avait tenu « aucun propos antisémite ». Le magnat de l’immobilier a précisé que le rappeur s’était « pointé avec trois de ses amis, dont je ne savais rien ». « Je ne connaissais pas Nick Fuentes », a-t-il réitéré dans une autre publication.

Interrogé, le président américain Joe Biden a balayé ce samedi la question : « Vous ne voulez même pas savoir ce que j’en pense », a-t-il déclaré.