Don du sang : La Guadeloupe risque de « ne plus pouvoir transfuser tous les patients »

L’Etablissement français du sang en Guadeloupe (EFS) a appelé ce jeudi les Guadeloupéens à venir donner leur sang. La collecte de sang dans l’archipel ne permet pas de répondre aux besoins des malades, et les stocks sont au plus bas sur l’ensemble du territoire national.

Au niveau national, il manque 30.000 poches dans les réserves pour retrouver le niveau de sécurité nécessaire face aux besoins en transfusions, a alerté mardi l’EFS. « Localement, on dépend de la solidarité nationale et le risque est de ne plus pouvoir transfuser tous les patients », a expliqué le Dr Mireille Bordenet, responsable des prélèvements.

Besoin de donateurs Guadeloupéens

« Nous avons toutefois des besoins spécifiques, notamment au regard de la drépanocytose, une maladie qui touche beaucoup les Antillais et les personnes aux origines africaines », indique le Docteur. «Or, le sang des personnes caucasiennes n’a pas les caractéristiques requises pour les transfusions nécessaires aux soins de cette maladie : nous avons besoin que les Guadeloupéens donnent leur sang pour soigner des Guadeloupéens».

La Guadeloupe est en déficit de poches de sang prélevé localement. « Il nous faut, annuellement 12.000 poches, et nous n’en prélevons que 9.000 », rappelle la médecin. D’autant que la Guadeloupe approvisionne également la Guyane, sur des poches aux caractéristiques spécifiques, puisque qu’aucun prélèvement ne se réalise en Guyane, en raison de « la présence de la maladie de Chagas ».

Pour couvrir les besoins en Guadeloupe, «il suffirait que chaque donneur inscrit se déplace deux fois par an», regrette Nathalie Moulin, chargée de communication à l’EFS Guadeloupe.