Disparition de Tiphaine Véron : Le nouveau pôle « cold cases » reprend l’enquête

Les investigations sur la disparition de la touriste française Tiphaine Véron au Japon en 2018 n’avancent plus. La décision a donc été prise de confier l’enquête au nouveau pôle des crimes non élucidés, le pôle  »cold cases », d’après Me Corinne Hermann, la nouvelle avocate de la famille Véron. Une information confirmée mercredi soir par le parquet de Nanterre.

Tiphaine Véron a disparu le 29 juillet 2018 à Nikko, cité touristique du nord-est du Japon. La Poitevine âgée de 36 ans avait alors quitté son hôtel sans sa valise ni son passeport, pour aller se promener.

Un « manque d’avancées concrètes » en quatre ans

Les investigations effectuées sur place depuis plus de quatre ans par la police locale n’ont rien donné, pas plus que les recherches de la famille, qui a elle-même arpenté la zone avec des secouristes et des chiens.

La famille reproche à la police japonaise le peu de moyens qu’elle a consacrés aux investigations, estimant que des témoins ont été délaissés et que la piste criminelle n’a pas été sérieusement explorée. Selon son frère, il y a eu du « sang sur l’un des murs de la chambre de Tiphaine ».

En France, l’instruction ouverte à Poitiers avait pris fin l’été dernier, sans le déplacement d’un magistrat français au Japon que réclamait la famille depuis le début de l’enquête. « Le but, c’est qu’un juge aille sur place » a réagi Damien Véron, le frère de la disparue, pour qui le transfert au pôle de Nanterre est « une merveilleuse nouvelle ».