Deux-Sèvres : Une nouvelle manifestation contre les « bassines » annoncée pour le printemps

Les opposants aux « méga-bassines », ces réserves d’eau puisées dans les nappes phréatiques pour un usage agricole, espèrent réunir « plusieurs dizaines de milliers de personnes » lors d’une nouvelle manifestation annoncée ce jeudi pour le 25 mars prochain, dans un lieu encore à préciser.

« Nous annonçons le plus gros rassemblement historique en Poitou-Charentes, le plus gros rassemblement pour la défense de l’eau comme bien commun », a déclaré Julien Le Guet, porte-parole du collectif d’opposants « Bassines non merci », en marge d’un point-presse.

16 bassines prévues dans les Deux-Sèvres

Fin octobre, plusieurs milliers de personnes (4.000 selon les autorités, 7.000 selon les organisateurs) s’étaient rassemblées à Sainte-Soline (Deux-Sèvres) pour protester contre le chantier d’une retenue d’eau, la deuxième d’un projet qui en compte 16 dans le département.

Certains opposants avaient réussi à forcer brièvement les grilles du chantier, avant d’être repoussés par une partie des 1.500 gendarmes mobilisés pour interdire l’accès au site. Manifestants et forces de l’ordre avaient déploré des dizaines de blessés, une poignée d’entre eux ayant été hospitalisés.

À la suite de cette mobilisation, le collectif d’opposants avait donné quinze jours au gouvernement pour décréter un « moratoire sur tous les projets de stockage d’eau » et mettre fin au chantier de Sainte-Soline. Mais celui-ci a repris le 8 novembre, tandis qu’un projet similaire était validé dans la Vienne voisine.

La « bassine » de Sainte-Soline est une des 16 réserves de plusieurs centaines de milliers de m3 qui doivent voir le jour dans les Deux-Sèvres. Élaboré par un groupement de 400 agriculteurs avec le soutien de l’Etat, le projet vise à rendre disponible de l’eau pour l’irrigation durant l’été, grâce au pompage des nappes phréatiques superficielles en hiver. Une première retenue a été mise en service à Mauzé-sur-Mignon, où une manifestation d’ampleur avait déjà eu lieu au printemps dernier.