Des victimes d’un accident de la route à identifier sur Facebook ? Gare à l’hameçonnage !

« ALERTE ATTENTION ACCIDENT GRAVE CE MATIN DANS LE 67 !!!! »Un utilisateur de Facebook qui aurait visité, le 16 mars, le groupe « Le bon coin 67 » serait sûrement tombé sur une information alarmante. Agrémenté de nombreux points d’exclamation, difficile en effet, de rater ce post au contenu inquiétant : « Il s’est produit ce matin un accident grave dans le 67. Il y a 13 morts et 7 blessés. Ça fait très mal voici quelques photos des personnes blessés non identifiés, connectez-vous pour voir si vous reconnaissez des personnes. » L’internaute est ainsi invité à cliquer sur un lien pour éventuellement identifier un proche victime de cet  accident de la route.

L'arnaque aux faux accidents de la route est régulièrement de retour sur Facebook
L’arnaque aux faux accidents de la route est régulièrement de retour sur Facebook – Capture d’écran

Attention : c’est une arnaque. Elle revient très régulièrement sur différents groupes Facebook aux quatre coins de la France, avec des variantes.

FAKE OFF

Au lieu de l’amener directement sur un site officiel – police, gendarmerie… –, le lien dirige l’utilisateur vers une page d’identification qui ressemble à s’y méprendre à l’interface ed connexion à Facebook. Crédule, inquiet, fébrile, l’internaute distrait risque d’entrer son adresse e-mail et son mot de passe. Il aura alors été victime d’une arnaque appelée « phishing », destinée à récupérer ses informations personnelles.

« L’hameçonnage (phishing en anglais) est une technique frauduleuse destinée à leurrer l’internaute pour l’inciter à communiquer des données personnelles (comptes d’accès, mots de passe…) et/ou bancaires en se faisant passer pour un tiers de confiance », résume la DGCCRF (direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes)  sur le site du ministère de l’Economie. Et cette direction de Bercy de mettre les internautes en garde : « Soyez vigilants sur les informations que vous communiquez ! »

Avant de cliquer, il faut mener l’enquête !

Comment éviter de se faire avoir ? Des indices et un peu d’attention permettent de déjouer cette arnaque courante – nos confrères du Monde consacraient déjà un article à cette escroquerie en 2019. Dans notre exemple, pourquoi une annonce aussi importante serait-elle publiée dans un groupe de loisirs par une utilisatrice lambda de Facebook ? La police et la gendarmerie publient parfois des appels à témoins, mais ils ne prennent pas cette forme. Surtout, les photos des victimes ne sont JAMAIS publiées en ligne.

De plus, en lisant attentivement la publication, les tournures familières et les fautes d’orthographe ou de syntaxe sont aussi des indices. Exemple avec notre publication : « Ça fait très mal voici quelques photos des personnes blessés non identifiés. »

Vous avez toujours un doute ? En effectuant une recherche d’image inversée sur Google de la photo accompagnant le message alarmiste, l’internaute se rendra souvent compte que celle utilisée est extraite d’un article paru auparavant dans la presse, sans lien avec l’accident relaté. Toujours dans notre cas précis, la photo ne concerne pas un drame ayant eu lieu dans le Bas-Rhin en mars 2022, mais d’un cliché illustrant un fait divers survenu dans la région de Hazebrouck relaté dans La Voix du Nord en 2019 sous le titre : « Quatre blessés graves dans un accident à Merville. »

Et en regardant bien l’URL du lien où l’internaute est invité à cliquer, il est aussi facile de se rendre compte qu’il n’émane pas de Facebook. Dans le cas présent, l’adresse est sous la forme « https://lightstudio.vn… ». Un site vietnamien, donc, qui n’a aucun rapport avec l’identification de victimes d’accidents de la route.