Des cadavres de chiens abandonnés sur une route? Retour sur le détournement d’une photo célèbre

Illustration d’un chien, seul, dans une zone urbanisée — Zomogy/Pixabay

  • Sur les réseaux sociaux, une photo en noir et blanc montrant des centaines de dépouilles de chiens sur une route suscite l’indignation.
  • Sa légende précise qu’il s’agit d’animaux abandonnés puis euthanasiés par la SPA, sans le dater.
  • Le cliché est authentique mais il a été pris en 1980 et publié dans Paris Match pour sensibilier l’opinion à ce fléau récurrent lors des départs en vacances.

Alignés les uns à côté des autres, les cadavres de chiens s’étendent à perte de vue sur le bitume. Une vision d’horreur qui semble se poursuivre bien au-delà de cette ligne droite.

« Le photographe Manuel Litran a fait déposer sur le circuit de Magny-Cours les 140 chiens abandonnés en seulement deux jours que la SPA a dû euthanasier. Cette photo est celle de la honte. Parce que tout est vrai, pas de montage numérique », précise la légende de ce cliché en noir et blanc particulièrement partagé sur Twitter.

Comme chaque été depuis plusieurs années, la photo a ressurgi à la faveur des départs en vacances, une période propice aux abandons d’animaux. Mais elle est loin d’être récente, contrairement à ce que laisse penser sa légende.

FAKE OFF

Elle a en effet été prise au début de l’été 1980 par le photographe Manuel Litran et publiée sur une double page dans le Paris Match du 18 juillet. Lorsqu’il apprend que la Société protectrice des animaux (SPA) est légalement obligée d’euthanasier les animaux, il découvre la centaine d’animaux piqués en région parisienne et décide de cette mise en scène mémorable, permise par la location de deux camions frigorifiques pour déplacer les cadavres, comme le raconte aujourd’hui l’hebdomadaire. 

Avec cette « photo de la honte », Paris Match entendait donc dénoncer « l’égoïsme et l’inconscience des hommes » qui abandonnent leurs animaux de compagnie à la veille des vacances. Un abandon qui entraînait souvent la mort, conformément à la législation en vigueur à l’époque, comme l’expliquait le reportage de Jean-Pierre Van Geirt : « La loi contraint la SPA à euthanasier par une piqûre : au bout de quatre jours les animaux vagabonds provisoirement recueillis qui ne portent pas de tatouage d’identification, au bout de huit jours s’ils sont tatoués. »

Une limitation du recours à l’euthanasie depuis 2014 

Mais si certains internautes s’indignent d’un recours aussi massif à l’euthanasie, qu’ils pensent encore en vigueur à la vue de cette photo non datée, ils ont tort. Celui-ci n’est plus du tout d’actualité, comme l’explique à 20 Minutes Jacques-Charles Fombonne, président de la SPA : « Depuis 2014, les seules euthanasies pratiquées à la SPA se font sur des animaux malades ou dont le comportement peut être dangereux pour l’homme. Et avant même l’inscription de ce principe dans nos statuts, la SPA recourait beaucoup moins à l’euthanasie. »

Il souligne ainsi qu’en 2018, sur les 44.000 animaux recueillis, 636 ont été euthanasiés pour des raisons médicales. « Nous suivons un processus très strict, qui nécessite deux avis de vétérinaires et la visite d’une commission dédiée pour éventuellement trouver un autre refuge ou une solution et éviter d’en arriver là », précise Jacques-Charles Fombonne.

Le lieu visible sur la photo de Paris Match reste toutefois inconnu. Manuel Litran croit se souvenir de l’avoir prise sur le circuit automobile de Magny-Cours, mais sur place, on affirmait dès l’été dernier qu’il s’agissait d’une erreur. Les différents circuits automobiles d’Ile-de-France que nous avons contactés indiquent également ne pas avoir servi à cette séance photo bien particulière.

« Il reste énormément d’efforts à faire »

« Abandonner son chien, comme ça, parce qu’on part en vacances, c’est ignoble. Comment peut-on faire ça, je ne comprends toujours pas », s’indigne encore aujourd’hui Manuel Litran dans les colonnes de Paris Match.

« Les chiffres de l’abandon sont quasiment les mêmes qu’en 1980, mais avec une population d’animaux domestiques bien plus importante, donc il y a une petite évolution favorable. Mais il reste énormément d’efforts à faire, notamment en matière d’éducation », conclut Jacques-Charles Fombonne, alors que plus de 8.000 animaux ont déjà été abandonnés depuis le début de l’été.

Société

La SPA lance une nouvelle campagne contre l’abandon avant les vacances

Société

Quand la SPA donne une nouvelle vie aux chiens de laboratoire

0 partage