« Demon Slayer », « Jujutsu Kaisen », « Act-age »… Qui pour détrôner « One Piece » et devenir le nouveau roi du manga ?

« Demon Slayer », « Jujutsu Kaisen », « Act-age »… Trois preuves de l’évolution du shônen et trois prétendants au trône de nouveau roi du manga — IMETSU NO YAIBA © 2016 by Koyoharu Gotouge / SHUEISHA Inc. – ACT-AGE © 2018 by Tatsuya Matsuki, Shiro Usazaki / SHUEISHA Inc. – JUJUTSU KAISEN © 2018 by Akutami Gege / SHUEISHA Inc.

  • Le shônen, destiné en priorité aux garçons (mais pas que), est un pilier du manga, avec des représentants comme Dragon Ball, Naruto et bien sûr One Piece.
  • Demon Slayer a créé la surprise en dépassant One Piece en nombre de ventes, le titre vient de se finir au Japon
  • D’autres oeuvres prouvent le renouveau et la richesse du genre, avec par exemple Act-age, lancé jeudi aux éditions Ki-oon

Depuis plus de vingt ans, One Piece règne en maître sur le manga en général, et le shônen en particulier. Alors qu’il approche des 1.000 chapitres, et peut-être de sa fin, et qu’il semblait invincible, le titre d’Eiichiro Oda s’est vu bousculer, et pas qu’un peu, par un autre manga. En effet, le manga le plus vendu de 2019 n’était pas One Piece, et ses 10 millions d’exemplaires, mais Demon Slayer avec deux millions supplémentaires, d’après  le célèbre top Oricon. Ce n’est pas tout, au premier semestre 2020, il s’est vendu 45 millions (!) de Demon Slayer, c’est plus que les 4,8 millions de One Piece sur la même période, et surtout plus que le record de ventes sur un an, 38 millions en 2011 toujours pour One Piece.

Sauf que, voilà, Demon Slayer vient de se terminer au Japon, et laisse donc la question ouverte : qui pour détrôner One Piece Act-age lancé ce jeudi en France ou Spy x Family la série-qui-monte-qui-monte ? Ou encore les valeurs sûres My Hero Academia et L’Attaque des Titans ? Les prétendants sont nombreux, et l’offre shônen plus riche que jamais.

Le succès de « Demon Slayer », du jamais vu !

Pour le journaliste spécialisé (ATOM, Bodoï, Bubble) et membre du comité de sélection d’Angoulême Rémi Inghilterra, le phénomène Demon Slayer est une vraie surprise : « En février 2019, alors que la série compte déjà une dizaine de tomes, le tirage est à 3,5 millions d’exemplaires, ce qui est très correct. Un an plus tard, on en est à 60 millions, soit 20 fois plus, c’est du jamais vu ! » Que s’est-il passé ? Le manga a eu le droit à une adaptation animée, très réussie, qui a boosté les ventes. « La montée en puissance s’est faite petit à petit, et a explosé à la fin de l’animé, avec des scènes déjà cultes et une animation de haute qualité », commente le journaliste. D’ailleurs, les ventes ne se tarissent pas et continuent de grimper malgré la fin de la série animée, avec trois millions de ventes par semaine ! L’animé – diffusé partout (sur Wakanim en France)- n’explique donc pas à lui tout seul la folie Demon Slayer, une folie mondiale avec une grosse communauté sur les réseaux sociaux, un soutien de Youtubeurs et influenceurs… et un peu d’irrationnel.

Un retour au manga old school ?

Edité chez Panini en France, Demon Slayer est d’abord sorti sous le titre Les Rôdeurs de la nuit dans un relatif anonymat en 2017, avant d’être relancé sous son titre international fin 2019 avec plus de visibilité et de succès. Huit tomes sont disponibles. Pour Iftékarul Talukdar, rédacteur à Coyote Mag, le manga de Koyoharu Gotoge marque aussi un retour au bon vieux shônen, avec des héros excentriques, un folklore japonais, le fameux nekketsu, en opposition aux titres plus « américains », super-héroïques, comme My Hero Academia ou One-Punch Man. « Parmi les nouvelles séries lancées dans le Weekly Shônen Jump, beaucoup sentent bon le old school ». C’est le cas de Jujutsu Kaisen, manga très classique avec encore une histoire de démon, qui est le deuxième meilleur démarrage pour son éditeur français Ki-oon, après My Hero Academia, et qui connaîtra une adaptation animée à l’automne prochain. De quoi le faire entrer dans le top 10 Oricon ?

« Le modèle de One Piece, et ses 100 tomes, n’existe plus »

Parmi les meilleures ventes et prétendants au trône, on retrouve la comédie romantique The Quintessential Quintuplets, le conte horrifique The Promised Neverland, le manga de volley Haikyu!!, l’incontournable Attaque des Titans… que des séries tout juste terminées, ou sur le point de se terminer ! Et souvent des titres de l’éditeur leader Shueisha (les Quintuplets et les Titans sont chez le concurrent Kodansha), dont le magazine de prépublication Weekly Shônen Jump est un bon thermomètre de l’état du marché. Or, le shônen évolue en termes de thématiques mais aussi de mentalité.

« Que Shueisha accepte d’arrêter Demon Slayer en pleine gloire, avec une vingtaine de tomes, cela aurait été inimaginable avant », explique d’une même voix nos deux spécialistes. On se souvient d’un Akira Toriyama pressé comme un citron, obligé de tirer Dragon Ball à la ligne, avant de jeter l’éponge et de ne jamais reprendre la plume. « Shueisha a changé sa manière de construire et d’accompagner ses hits, éclaire Iftékarul Talukdar. Le modèle de One Piece et ses bientôt 100 tomes n’existe plus. » Et Eiichira Oda ne devrait jamais être rattrapé avec ses 400 millions d’exemplaires tirés. « L’éditeur laisse vivre des séries de niche comme Hinomaru Sumo, lance des titres fous comme Chainsaw Man, par l’auteur de Fire Punch. » Mais lorsqu’une série ne trouve pas du tout son public, le couperet tombe toujours, à l’instar de Samourai 8, le nouveau manga scénarisé par l’auteur de Naruto, arrêté après cinq petits volumes

Des dessinatrices et des héroïnes

Autre preuve de ce renouveau, Act-age, disponible chez Ki-oon depuis jeudi, un manga sur le milieu compétitif du spectacle, avec une héroïne, loin des standards du genre. Comme le rappelle Rémi Inghilterra, on retrouve à la tête de cette œuvre originale un duo, le scénariste Tatsuya Matsuki et la dessinatrice Shiro Usazaki, à peine 20 ans. A y regarder de plus près, les femmes sont partie prenante de cette révolution et de cette richesse, et derrière les mangas Demon Slayer, The Promised Neverland, Beastars, comme autant d’héritières de Rumiko Takahashi, la reine du shônen.

Culture

«Ranma 1/2», «Maison Ikkoku»… Pourquoi il faut lire Rumiko Takahashi, reine du manga et Grand Prix d’Angoulême

Culture

«Berserk», «Hunter X Hunter», «Nana»… Ces mangas dont on ne verra (peut-être) jamais la fin

Liste des mangas mentionnés, et le nombre de tomes parus en France :

One Piece, d’Eiichiro Oda, 94 tomes (Glénat)

Demon Slayer, de Koyoharu Gotoge, 8 tomes (Panini)

Act-age, de Tatsuya Matsuki et Shiro Usazaki, 2 tomes (Ki-oon)

My Hero Academia, de Kohei Horikoshi, 23 tomes (Ki-oon)

L’Attaque des Titans, de Hajime Isayama, 30 tomes (Pika)

One-Punch Man, de Yusuke Murata, 20 tomes (Kurokawa)

Jujutsu Kaisen, de Gege Akutami, 3 tomes (Ki-oon)

The Quintessential Quintuplets, de Negi Haruba, 3 tomes (Pika)

The Promised Neverland, de Kaiu Shirai et Posuka Demizu, 14 tomes (Kazé)

Haikyu!! – Les as du volley, de Haruichi Furudate, 36 tomes (Kazé)

Hinomaru Sumo, de Kawada, 18 tomes (Glénat)

Chainsaw Man, de Tatsuki Fujimoto, 2 tomes (Kazé)

Samourai 8, de Masahi Kishimito et Akira Okubo, 3 tomes (Kana)

Beastars, de Paru Itagaki, 10 tomes (Ki-oon)

2 partages