Démissions en masse chez Twitter après l’ultimatum d’Elon Musk, l’infrastructure du réseau menacée

Twitter joue sa survie. Des centaines de salariés – et peut-être davantage – ont démissionné, jeudi, au lendemain d’un ultimatum d’Elon Musk qui avait demandé aux employés rescapés de la première vague de licenciements de choisir entre se donner « à fond, inconditionnellement », et partir. La moitié des 7.500 employés du groupe avaient déjà été licenciés il y a deux semaines par le multimilliardaire.

Selon les médias spécialisés, de nombreux ingénieurs ont claqué la porte, y compris certains qui s’occupaient d’outils critiques pour l’infrastructure du réseau, qui pourrait donc subir de graves turbulences dans les prochains jours. Pour ajouter à la confusion, le QG de l’entreprise a été bouclé jusqu’à lundi, le temps que la situation se clarifie.

Case à cocher

Mercredi, Elon Musk, qui a racheté Twitter pour 44 milliards de dollars il y a trois semaines, avait demandé individuellement aux employés du réseau social un engagement « hardcore » à « travailler de longues heures à haute intensité pour bâtir un Twitter 2.0 révolutionnaire et réussir dans un monde de plus en plus concurrentiel ».

« Seule une performance exceptionnelle vaudra une note suffisante », a-t-il précisé dans ce courrier interne consulté par l’AFP. Les salariés avaient jusqu’à jeudi après-midi pour cliquer sur la case « oui », sous peine de devoir quitter Twitter avec une indemnité correspondant à trois mois de salaire. Un management vivement dénoncé, particulièrement car de nombreux employés étrangers ne peuvent pas rester aux Etats-Unis sans visa.

Selon The Verge, des centaines d’employés, et peut-être jusqu’à 1.000 – mais on ne sait pas s’ils partiront bien tous – n’ont pas coché la case « oui ». Sur le Slack interne de l’entreprise, de nombreux salariés ont annoncé leur départ avec l’emoji d’un salut militaire.

« Et juste comme ça, après 12 ans, j’ai quitté Twitter. Je n’ai que de l’amour pour tous mes chers tweeps (surnom des salariés de l’entreprise). J’aime Twitter et je saignerai à toujours bleu », a tweeté l’ingénieur Satanjeev Banerjee. Son collègue Parker Lyons, lui, a choisi la chanson I’m gone (Je suis parti) d’Oliver Tree.

Crainte de panne, ou pire

D’après Zoë Schiffer, journaliste du média spécialisé Platformer, Twitter a prévenu jeudi après-midi tous les employés que les bureaux étaient temporairement fermés et inaccessibles, même avec un badge.

Selon The Verge, des équipes « critiques » ont démissionné, notamment celle qui maintenait les librairies systèmes qu’utilisent tous les ingénieurs de Twitter. « Vous ne pouvez pas faire tourner Twitter sans cette équipe », a confié au site un employé, sous couvert d’anonymat.

Selon le New York Times, Elon Musk a dépêché ces dernières semaines des ingénieurs de Tesla, mais ils auront besoin de temps pour se familiariser avec Twitter et son code informatique. En attendant, le site peut continuer en autopilote, mais tout problème inattendu risque de provoquer une panne qu’il pourrait être difficile de régler.

Alors que son entreprise traverse des turbulences, Elon Musk, a réagi jeudi soir en faisant une blague: « Comment faire une petite fortune avec les réseaux sociaux? En commençant avec une grosse. »