Démarchage téléphonique : « La Palme d’or revient au compte CPF »… Nos lecteurs au bout du rouleau

« Votre solde CPF est arrivé à échéance » ; « Votre carte Vitale arrive à expiration » ; « Votre colis est arrivé. Veuillez le vérifier et le recevoir »… Ce genre de messages, d’appels, que l’on reçoit toutes les semaines (si ce n’est tous les jours), ne seront peut-être bientôt plus qu’un lointain mauvais souvenir. Selon une information du Parisien, l’Assemblée nationale examinera le 6 octobre une proposition de loi interdisant le démarchage téléphonique. Le Modem compte légiférer pour « interdire le démarchage des organismes de formation », par appel, SMS ou e-mail. « Ouf », a-t-on envie de dire, et nos lecteurs aussi, à en croire leurs nombreux messages pétris d’agacement et remplis de techniques pour contrer ces méthodes abusives.

« Si la loi passe, j’ouvre le champagne ! », Françoise donne le ton. Et comme elle, ceux qui ont répondu à notre appel à témoignages sont exaspérés et démunis face au démarchage téléphonique, qui semble sans foi ni loi. « Les appels pour les changements de pare-brise, les offres Free, SFR, Bouygues et j’en passe, énumère Sébastien. C’est quasiment quotidien. Ras-le-bol de tout ce démarchage téléphonique ! La Palme d’or revient quand même au compte CPF. Ils rusent pour avoir à dévoiler le plus tard possible dans la conversation que c’est à ce sujet… » Des appels incessants, « jusqu’à six du même organisme en une journée », se plaint Nelly qui, malgré sa demande d’être retirée de la liste des personnes à appeler, ne voit aucune différence. Résultat, elle préfère laisser son téléphone sur silencieux « au risque de manquer un appel important ».

Liste orange ou Bloctel, rien n’y fait

Anne aussi est importunée « plusieurs fois par semaine, depuis des mois, par des appels répétés malgré [ses] fins de non-recevoir ». Elle est pourtant sur liste orange, mais rien n’y fait. D’autant plus que ces démarchages ont lieu sur son téléphone professionnel : « Je suis dérangée, parfois en consultation, parfois sur le créneau d’appel de mes patients ». Pour tenter de faire cesser ce cauchemar, certains des lecteurs se sont inscrits sur Bloctel, une liste d’opposition téléphonique mise en place par le gouvernement. Mais celle-ci ne semble pas très efficace… « Je continue de recevoir 8 à 10 appels par jour, […] même avec Bloctel », explique Marie-France. « Une belle mascarade ! J’ai presque un nombre plus important d’appels depuis que j’ai fait cette démarche… », s’offusque Sébastien. Gilles partage le même avis, « pour info, Bloctel ne fonctionne pas ».

Bon nombre de lecteurs se sentent las et désemparés face au démarchage. C’est le cas de Lucien : « Nous avons 74 ans, c’est fatigant. Ce serait une bonne chose que cette loi passe. » « Tous les jours je reçois des appels téléphoniques pour mon compte formation. C’est du harcèlement. Je n’en peux plus. […] Je ne sais plus comment faire… », se désespère Avelino. Si ce dernier semble ne pas avoir trouvé de solutions, d’autres au contraire rusent avec diverses petites techniques.

« Je dis que c’est un numéro professionnel de lagendarmerie, raccrochage garanti ! »

Pour ne plus se laisser prendre par le démarchage téléphonique, Gilles a programmé la sonnerie de son téléphone fixe avec une mélodie pour les personnes de son répertoire. Pour les appels extérieurs, il a laissé la sonnerie classique, et ne répond plus. Radical. Christelle déplace tous les SMS, e-mails en indésirable, et pour les appels, elle aussi ne décroche plus. Bastien dénonce tous les SMS au 33.700, la plateforme de lutte contre les spams vocaux et SMS. Pour les appels, il utilise des phrases du type « Je suis au lycée », « Je suis à la retraite », « Je suis déjà en ce moment en formation ».

Rihab, elle, s’amuse à répondre aux appels, de « jouer le jeu » en leur demandant quelles sont les formations proposées et où se situe l’organisme associé. « Après énumération de leurs propositions, je répondais simplement qu’aucune formation ne correspondait à mes souhaits, et c’est là que le ton changeait. » A l’autre bout du fil, « la personne commence à perdre son sang-froid, au point de m’insulter », poursuit-elle. Rihab répète qu’elle ne veut plus être sollicitée, sinon elle n’hésiterait pas à adresser « une plainte contre les organismes » concernés. Une méthode qui a bien fonctionné selon elle. Fabien, lui, a trouvé la méthode infaillible : « Pour les appels de démarchage CPF, je dis que c’est un numéro professionnel de la gendarmerie, raccrochage garanti ! »