Déconfinement en Ille-et-Vilaine : 22, 26, 38… Le nombre de bars sanctionnés ne cesse de grimper

La réouverture des terrasses des bars et restaurants s’est soldée par quelques débordements à Rennes, obligeant les autorités sanitaires à renforcer les contrôles dans les débits de boissons. — David Vincent/AP/SIPA

Le nombre de « cas négatifs » ne cesse de progresser au fil des contrôles des autorités. On ne parle pas là du nombre de contaminations au Covid-19, qui continue de baisser en Bretagne, mais des débits de boissons épinglés pour non-respect des consignes sanitaires. En Ille-et-Vilaine, 38 bars et restaurants ont déjà été rappelés à l’ordre pour des manquements depuis la réouverture des terrasses le 19 mai. Un chiffre qui a été sans cesse revu à la hausse ce week-end après l’intensification des contrôles par les services de l’État.

« Nous étions à 22 établissements vendredi, 26 samedi et 38 ce mardi », révèle la préfecture d’Ille-et-Vilaine, jointe par 20 Minutes. Les entorses aux règles fixées par le gouvernement se sont multipliées à l’occasion du week-end de l’Ascension. Des sanctions prises en grande majorité à Rennes, mais aussi à Saint-Malo et Dinard. Dans la capitale bretonne, un bar de la rue Saint-Michel (la fameuse rue de la Soif) a même été frappé d’une fermeture administrative de quinze jours.

Intensification des contrôles

Ces contrôles étaient prévus et annoncés. Mais les débordements de la soirée de réouverture le 19 mai dans les rues de Rennes ont incité les autorités à durcir le ton. Les images d’un feu de joie sur la place Sainte-Anne et d’une foule pas pressée de rentrer ont fait le tour du pays, obligeant la préfecture à intensifier les contrôles sanitaires, notamment par le biais de la Direction départementale de la protection des populations. Dans les bars épinglés, les agents de l’État ont vu des clients restés debout être servis, des tables rassemblant plus de six personnes ou des défauts d’affichage. Des manquements déjà critiqués par l’élu rennais Didier Le Bougeant au lendemain de la bamboche de déconfinement le 19 mai. « Certains bars se sont laissés déborder, avait taclé l’adjoint de Nathalie Appéré. Il n’est pas admissible que quelques établissements, parce qu’ils enfreignent les règles, viennent assombrir le tableau d’une réouverture très attendue ».

Alors que la météo s’annonce plus clémente, notamment à compter de jeudi, les autorités entendent bien faire respecter le couvre-feu de 21 heures. La police nationale, en lien avec la police municipale, sera déployée à Rennes et Saint-Malo. Les gendarmes veilleront au grain dans les territoires plus ruraux, prévient la préfecture.

0 partage