Déconfinement en Bretagne : Foule, insultes et non-respect… Les communes ferment leurs plages

Illustration de la plage de Rochebonne à Saint-Malo. — C. Allain / 20 Minutes

  • Trois communes du Morbihan ont demandé à la préfecture de fermer leurs plages en raison de comportements irrespectueux constatés le week-end dernier.
  • La météo radieuse du pont de l’Ascension fait craindre la foule sur le littoral breton alors que l’épidémie de coronavirus menace toujours le pays. 
  • Des contrôles renforcés seront menés par les forces de l’ordre, préviennent les maires. 

« On a vu des serviettes posées, des gens qui se baignaient partout. Il n’y avait plus de respect des gestes barrières, plus de distanciation sociale ». La directrice générale des services de la ville de Damgan (Morbihan) n’en revient toujours pas. Le week-end dernier, sa commune a vu des centaines de personnes déferler sur l’ensemble de ses plages. Seule la plus grande était pourtant ouverte au public, les autres étant uniquement accessibles pour les activités nautiques. Le maire Jean-Marie Labesse a donc écrit au préfet du Morbihan, afin de lui faire part de ses difficultés. La sanction a été immédiate. Toutes les plages de Damgan seront fermées. A quelques heures du pont de l’Ascension, d’autres communes ont fait de même. A Erdeven et Billiers, les maires ont également interdit l’accès au sable.

L’élève n’a pas été respectueux. Il a été puni. Après un premier week-end de déconfinement, le pont de l’Ascension fait craindre une déferlante sur les plages de Bretagne. Plusieurs maires du Morbihan ont donc préféré fermer leurs plages afin de limiter leur fréquentation et de réduire les risques de propagation du coronavirus. La météo qui s’annonce radieuse avec un thermomètre dépassant les 25 degrés sera propice aux balades sur la côte, où de nombreuses communes ont rouvert leurs plages. Après l’enthousiasme autour du mouvement « Rendez nous la mer », ce sont désormais les débordements qui sont craints.

« Les comportements n’étaient pas respectueux »

A Damgan, les élus ont été mobilisés tout le week-end pour tenter de faire respecter les règles sanitaires. Mais l’accueil de la population a parfois été sévère. « On a reçu des insultes alors que nous ne faisions que de la prévention. Les comportements n’étaient pas respectueux », explique la directrice des services de la commune. Ce week-end, toutes les plages seront fermées et des renforts de gendarmerie seront dépêchés sur place pour faire respecter les arrêtés.

La petite commune n’est pas la seule à avoir fait ce choix. A Carnac, concerné par le premier cluster de Covid-19 début mars, le maire Olivier Lepick n’a pas souhaité rouvrir ses plages le week-end dernier. Il ne le fera pas avant le 2 juin « afin de mettre toutes les chances de notre côté pour vaincre définitivement la pandémie et envisager une vie économique, sociale et associative normale », précise-t-il dans un message publié sur Facebook. Le maire espère ainsi « sauver ce qui peut l’être de la saison estivale » dans sa commune très prisée des estivants. Dans son post, le maire a fait part de sa colère. « Un port de masque ridiculement faible, des comportements totalement insouciants et même parfois verbalement agressifs lors de tentatives de pédagogie, des arrivées massives en Bretagne et à Carnac en complète violation avec la règle des 100 kilomètres. Un complet relâchement dans les attitudes et les comportements sanitaires ».

Le Morbihan n’a pas le monopole du non-respect. En Bretagne, d’autres maires ont fait part de leur agacement en constatant certains comportements contraires à la lutte contre l’épidémie de coronavirus. A Saint-Malo, Claude Renoult a posté des photos de regroupements de personnes alors que cette pratique est interdite. Le maire envisage même de prendre un arrêté municipal imposant le port du masque certains jours dans les rues étroites de l’intra-muros. « Si on veut que l’été se passe bien, il faut que l’on soit sérieux maintenant », prévient-on à la municipalité de Damgan. Le message est passé.

Planète

Déconfinement à Saint-Malo : Le grand aquarium rouvre, les poissons vont-ils flipper de voir le monde revenir ?

Monde

Birmanie : Cinq militants écologistes bloqués depuis deux mois sur une île déserte à cause du Covid-19

12 partages