Déconfinement à Toulouse : La soirée dégénère sur les quais, le préfet remet un coup de pression

A Toulouse, des CRS surveillent les berges de la Garonne très fréquentées, le 27 février 2021. — Frédéric Scheiber / Sipa

Ce dimanche, la police devrait déférer devant la justice les noctambules les plus virulents qui s’en sont pris vendredi soir aux forces de l’ordre sur les quais de la Garonne, à Toulouse. Ce soir-là, les berges étaient bondées, ainsi que les places Saint-Pierre et de la Daurade, et un grand nombre de fêtards ont eu du mal à mettre un terme à leur soirée à 23 h, horaire du couvre-feu depuis mercredi, dans le cadre d’une nouvelle phase de déconfinement.

Certains s’en sont pris aux policiers municipaux et nationaux et sept personnes ont été interpellées pour « violence aggravée envers personnes dépositaire de l’autorité publique ».

Appel « à la responsabilité de chacun »

« Si de tels débordements devaient se reproduire, les fauteurs de troubles seraient interpellés et le parquet immédiatement saisi. Étienne Guyot, préfet de la Haute-Garonne, lance un appel au strict respect des mesures de lutte contre la Covid-19 et à la responsabilité de chacun », a indiqué dans un communiqué la préfecture.

Et de rappeler que le non-respect du couvre-feu est puni d’une amende de 135 euros et jusqu’à 3.750 euros en cas de récidive. Tout comme les rassemblements de plus de 10 personnes demeurent interdits dans les espaces publics, et le port du masque obligatoire sur l’ensemble de la Haute-Garonne.

Samedi soir, beaucoup de monde était encore présent sur les berges de la Garonne. « L’évacuation s’est terminée bien après minuit, les gens ne voulaient pas partir. Cela mobilise beaucoup de monde pour faire respecter la loi, et pendant ce temps-là, nous ne sommes pas ailleurs », relève un responsable de la police toulousaine.

0 partage