Déconfinement à Nice : Piétonnisation des rues et extension des terrasses seront mis en place pour le 19 mai

La terrasse d’un restaurant à Nice. — SYSPEO
  • Avec la deuxième étape du déconfinement le 19 mai, les terrasses des cafés, bars et restaurants pourront ouvrir sous certaines conditions.
  • La ville de Nice a présenté plusieurs mesures pour accompagner ses commerçants dans la reprise progressive de leur activité économique.

Le compte à rebours est lancé. Dans une semaine, les terrasses des cafés, bars et restaurants pourront rouvrir à 50 % de leur capacité, avec des tables de six maximum. En vue de cet événement tant attendu, la ville de Nice a présenté ce mercredi certaines dispositions mises en place pour permettre aux commerçants de « relancer au mieux leur activité économique ».

L’extension des terrasses

« Pour l’ensemble des professionnels, il est possible de faire une demande d’occupation du domaine public, en fonction de la configuration de l’espace, ou une demande d’extension, s’il existe déjà une terrasse », indique la mairie. Ce prolongement sera autorisé jusqu’à la fin de la saison estivale. A Nice, 970 terrasses ont déjà été recensées et au 30 avril, 94 requêtes d’extension avaient été faites. « Nous serons intransigeants avec ceux qui ne respectent pas les règles », a précisé Christian Estrosi. Cette autorisation exceptionnelle pourra être retirée si les mesures sanitaires ne sont pas respectées.

Le maire de Nice a également indiqué qu’une « exonération de la redevance de droits de terrasse » sera effective jusqu’au 30 juin. Pour les établissements qui ne bénéficient pas de terrasse, il étudie actuellement à une façon de « compenser ce sentiment d’injustice par rapport à ceux qui ont une meilleure situation géographique ».

Piétonnisation des rues

La mairie va mettre en place « la piétonnisation de certaines rues, du vendredi au dimanche soir pour avoir l’opportunité d’avoir une activité à l’extérieur jusqu’à la fin de la saison estivale ». Pour le moment, celles concernées sont celles qui ont fait la demande, c’est-à-dire, les rues Chauvin, Delille, Bavastro, Alberti et Lascaris. « D’autres requêtes pourront être étudiées pour permettre d’animer le quartier », a affirmé l’élu.

Dans cette idée, un projet est en cours pour créer de nouvelles plages de consommation, « par exemple, des nocturnes deux soirs par semaine ». « Pour tester cette initiative, le Vieux Nice, Bonaparte et la piétonne sont les quartiers les plus adaptés », a annoncé Christian Estrosi.

Des autotests possibles, une rénovation des façades

Pour accompagner les commerçants dans leur relance économique, la ville propose également un dispositif de soutien de rénovation des devantures avec une participation de la collectivité « à hauteur de 50 % de l’engagement financier avec un plafond de 5.000 euros pour une valeur globale de 300.000 euros ».

Il est aussi possible, pour les professionnels qui le souhaitent, d’être fournis en autotests par la commune.

1 partage