Décès de Toni Morrison: Muriel Pénicaud efface son hommage offensant

La romancière Toni Morrison, prix Nobel et monument de la littérature américaine, est décédée dans la nuit du 5 au 6 août 2019. — Carolyn Kaster/AP/SIPA

C’est l’illustration de ce qu’on appelle parler – enfin tweeter – sans maîtriser son sujet. A l’instar de plusieurs de ses camarades politiques, la ministre du Travail Muriel Pénicaud a voulu rendre hommage à l’autrice américaine Toni Morrison. La romancière, prix Nobel et monument de la littérature américaine, est décédée dans la nuit de lundi à mardi 6 août à l’âge de 88 ans.

«Hommage à une très grande dame, écrivaine, poète et militante, Toni Morrison. Grâce à elle, les noirs ont enfin pu entrer par la grande porte dans la littérature. Les mots réveillent les consciences et les cœurs, ils font reculer le racisme et la haine. Les mots ont un pouvoir», a-t-elle écrit dans un tweet publié mercredi, depuis supprimé.

Un message d’hommage jugé raciste, et critiqué par plusieurs internautes qui n’ont pas manqué de rappeler à la ministre qu’il existe de nombreux auteurs noirs dans la littérature américaine dont les œuvres ont précédé les ouvrages de Toni Morisson.

Le pouvoir des critiques a fait son effet. La ministre a ainsi effacé ce tweet avant d’en republier une version sans son analyse littéraire.

Un ultime essai

L’ultime essai de l’écrivaine américaine Toni Morrison, The Source of Self-Regard, paraîtra en français le 3 octobre sous le titre La source de l’amour-propre, a annoncé mercredi son éditeur, Christian Bourgois Editeur. 

Paru en février aux Etats-Unis, l’ouvrage aborde les sujets politiques et sociaux d’aujourd’hui (émancipation des femmes, place des minorités dans la société américaine, rôle de l’argent et des médias, le racisme et la xénophobie…) mais aussi la question de la création artistique et notamment littéraire.

La romancière évoque la figure de Martin Luther King et rend un hommage appuyé à l’écrivain et dramaturge James Baldwin (1924-1987), un des plus grands auteurs américains du XXe siècle et militant des droits civiques, contraint à l’exil en France à la fin des années 1940 pour fuir le racisme dans son pays. Elle porte également dans cet essai un regard critique sur son oeuvre et sur celui d’autres artistes comme le peintre Romare Bearden (1911-1988), la documentariste et militante des droits civiques Toni Cade Bambara (1939-1995) ou encore le metteur en scène Peter Sellars.

Culture

La romancière Toni Morrison, prix Nobel et monument de la littérature américaine, est décédée

11 partages