« Danse avec les stars » : Le parcours de Billy Crawford jusqu’à la finale, symptôme d’une saison sans rebondissement

Clap de fin ce soir pour Danse avec les stars. Avec des audiences dégringolant au fil des primes chaque vendredi soir, l’émission mettant la danse de salon à l’honneur aura peiné à convaincre durant ses neuf semaines de diffusion sur TF1. Une occasion rêvée pour Billy Crawford de tirer son épingle du jeu. Le chanteur de 40 ans, de retour en France après avoir connu un succès retentissant avec Trackin’ en 2001, s’est illustré par un parcours quasi sans faute et pourrait bien remporter la compétition.

L’artiste philippin a atterri à Paris avec une horde de ses proches venus le soutenir. « J’ai emmené tout le monde des États-Unis et des Philippines dont je suis originaire : ma femme, mon fils, mes beaux-parents et mon beau-frère… […] TF1 a cherché un appartement pour loger tout le monde », confiait-il au Parisien avant son baptême du feu sur le parquet le plus célèbre de France. Il faut croire que la chaîne a eu raison de lui dérouler le tapis rouge puisque sa victoire serait l’un des seuls évènements marquants de cette saison sans grande saveur.

Avec plusieurs chansons prêtes à sortir, Billy Crawford assurait alors être « là pour gagner » et profiter de DALS pour relancer sa carrière musicale en France. S’il mérite de gagner, son sacre serait l’illustration parfaite du manque de panache de la saison.

Favori dès la première émission

Nous sommes le vendredi 9 septembre. Billy Crawford, veste pailletée sur les épaules, vient de poser le step final à son cha-cha accompagné par Fauve Hautot, l’une des danseuses star de Danse avec les stars. Seule surprise du casting et déjà favori aux yeux du public, la production octroie au chanteur un avantage supplémentaire en l’associant à la danseuse la plus en vue. Avec trois victoires à son actif, Fauve talonne de près le record de Denitsa Ikonomova, qui a soulevé quatre fois le trophée avec ses partenaires.

« Le jury est debout, le public est debout », se réjouit Camille Combal lorsque le chanteur – qui est aussi danseur – obtient les quatre buzz du jury. Cette règle inaugurée en même temps que l’émission permet à Chris Marques, François Alu, Marie-Agnès Gilot et Bilal Hassani d’envoyer directement à l’étape suivante le candidat dont la prestation les convainc le plus, sans passer par la case notes. Une règle dont on se serait bien passé, qui rompt toujours plus avec la simplicité de l’émission à ses débuts.

À l’issue des deux premières soirées de Danse avec les stars, les trois candidats bénéficiant de ce traitement de faveur après leur prestation sont Billy Crawford, Stéphane Legar et Carla Lazzari… Les trois visages de l’affiche de la finale. Pour ruiner le suspense, la production de l’émission aurait difficilement pu faire mieux.

Un parcours en ligne droite

Tandis que les célébrités moins à l’aise en danse sont évincés peu à peu, Billy Crawford poursuit sa course vers le trophée sans accroc majeur. David Douillet, Théo Fernandez, Clémence Castel et Eva Queen, quatre candidats dont on aurait aimé voir la progression tant ils et elles partaient de loin, sont éliminés tour à tour lors des premières émissions.

Aucun parcours n’a donc été marqué par une véritable progression. On se souvient pourtant s’être délecté des impressionnantes évolutions de Taïg Khris en saison 3, Artus en saison 7, Tatiana Silva en saison 8 ou encore Michou en saison 11.

Notes en hausse, audiences en baisse

Billy Crawford a obtenu sa meilleure note de la saison vendredi 4 novembre, alors blessé au dos. Avec 39 points sur quarante, le chanteur est passé à un cheveu de la note ultime de l’émission. Nul doute qu’il vise un quarante pour la finale après une progression croissante au fil des émissions.

À l’inverse des audiences qui n’ont pas cessé de baisser au fil des épisodes, malgré le bon travail de Camille Combal côté animation. Avec un démarrage à trois millions de téléspectateurs, l’émission est descendue à 2,5 millions de curieux pour le quatrième épisode de 30 septembre. Depuis la fin du mois de septembre, l’émission n’est plus parvenue à redresser le cap.

Autant de preuves qu’un candidat, bon danseur et chargé de nostalgie ne suffit pas à faire rejaillir l’intérêt de Danse avec les stars. Si l’émission est reconduite, il faudra donc à nouveau pour la production repenser son cocktail entre casting en demi-teinte, surabondance de règles parfois incompréhensibles et surprises à l’écran.