Dans l’Est de Paris, une forêt urbaine de 3,5 hectares sort du bois

Cette fois, on la tient, la première forêt urbaine du second mandat d’Anne Hidalgo ! Alors elle ne sera pas place de l’Hotel de ville, ni devant l’Opéra, ni sur les berges de Seine comme vendu lors de la dernière campagne des municipales. Non, elle verra le jour dans le 20e arrondissement de Paris, entre la porte de Vincennes et la porte de Montreuil. Alors certes, il y a bien la forêt urbaine prévue place de Catalogne mais avec 4.000 m², on est davantage dans le bosquet urbain. Dans ce quartier de l’Est de la capitale, ce sont 3,5 hectares qui constitueront la future « forêt urbaine de Charonne ».

Mais d’où sort un tel terrain? Situé sur le pourtour extérieur de la petite ceinture entre le cours de Vincennes et la rue Volga, le terrain appartenait à la SNCF qui s’en est servi comme gare de marchandises avant que la RATP ne le transforme en dépôt de bus, et ce jusqu’en 2017. Depuis cette date, il est à l’état de friche, ce qui n’a pas échappé à la mairie de Paris. «  Les négociations ont été longues mais constructives, relate Emmanuel Grégoire, le premier adjoint, lors d’une visite des lieux, mercredi matin. La SNCF a consenti à une baisse prix et nous l’avons acheté pour 11,5 millions d’euros alors qu’il en vaut sans doute des dizaines de millions! »

Voici en rouge, l'espace de la future forêt urbaine avec à gauche la place de la Nation et à droite le boulevard périphérique.
Voici en rouge, l’espace de la future forêt urbaine avec à gauche la place de la Nation et à droite le boulevard périphérique. – Capture d’écran

Et l’option de la confier à Dame nature a été décidé au regard de la « densité du quartier » et du « manque d’espaces verts », selon le premier adjoint qui veut en faire « un exemple de l’urbanisme bioclimatique que nous portons ». Il ajoute que cela fera une « zone de traverse agréable, autre que la rue des Pyrénées ou le boulevard des Maréchaux ». « La forêt fera la jonction avec le parc de la gare de Charonne, complète Eric Pliez, le maire du 20e arrondissement. Au final, on aura deux poumons verts dans la zone, cet espace et le parc arboré d’environ 3 hectares avec le réaménagement des portes de Vincennes, Montreuil et Bagnolet. » 

Deux mille arbres à planter

Le problème c’est que pour l’instant, le terrain est une friche et que pour devenir une forêt, cela va nécessiter quelques travaux. D’abord il faudra creuser environ 40 cm en profondeur pour enlever ce qui correspond en gros aux fondations de l’ancien dépôt de bus et rendent le sol imperméable. Puis il faudra ajouter de la nouvelle terre et « planter 2.000 arbres à la fois indigènes mais aussi méditerranéens pour s’adapter au changement climatique », précise Christophe Najdowski, adjoint en charge de la végétalisation de l’espace public. Les habitants seront mis à contribution puisqu’ils pourront choisir l’essence des futurs arbres parmi une sélection.

Pour l'instant, le sol est imperméabilisé et il devra être déposé pour planter les jeunes arbres.
Pour l’instant, le sol est imperméabilisé et il devra être déposé pour planter les jeunes arbres. – G. Novello

Le futur parc se divisera en trois avec « un espace forestier, une clairière et une prairie » développe Christophe Najdowski. Les promeneurs pourront déambuler sur la portion des rails de la petite ceinture atenante à l’espace vert, qui sera ouverte et aménagée. Au total, dix-huit mois de travaux pour 4,5 millions d’euros seront nécessaires avec une livraison prévue à mi-2024.

« Pour les habitants, le parc sera un lieu de détente et de rencontre », s’enthousiasme Eric Pliez qui rêve déjà plus grand. « Si on réussit à prolonger la promenade sur la petite ceinture, ça fera un beau sentier ferroviaire de 1,6 km qui passera par la gare d’Avron, transformé en lieu culturel, jusqu’à la Flèche d’or. » Dream greener.