Crise énergétique : TotalEnergies prêt à un « rabais » sur les contrats d’électricité signés en 2022 avec des PME

Le patron de TotalEnergies Patrick Pouyanné s’est dit prêt mercredi à « faire un rabais » sur les contrats de fourniture d’électricité conclus en 2022 au prix fort avec les petites et moyennes entreprises (PME), estimant que 6.000 clients étaient concernés.

« Nous avons un certain nombre de PME qui sont concernées par des prix trop élevés, des contrats signés entre juillet et décembre, et nous allons leur proposer de pouvoir renégocier un contrat » avec un prix de l’ordre de 280 euros du mégawattheure, a déclaré Pouyanné dans une interview à BFM Business diffusée mercredi soir.

« On va proposer aux clients de TotalEnergies d’avoir un prix équivalent aux TPE », a-t-il indiqué : le tarif pour les PME clientes du groupe sera ainsi aligné sur celui garanti aux TPE qui avait été annoncé début janvier à l’issue de négociations entre le gouvernement et les fournisseurs d’électricité.

« Un correctif »

Face à l’explosion des factures d’énergie de nombre d’artisans et sociétés de taille modeste, l’exécutif avait exhorté les fournisseurs d’énergie à renégocier les contrats affichant des hausses de tarifs jugées « prohibitives ».

Patrick Pouyanné a assuré qu’il y avait eu « un vrai débat l’année dernière quand les prix de l’électricité sont montés très, très haut à partir du mois de juillet (…). Certains fournisseurs d’électricité ont décidé de ne plus donner de contrats parce qu’ils trouvaient que les prix étaient trop élevés. Il y a eu un débat avec le gouvernement qui nous a dit  »Non, non, vous devez continuer à signer des contrats ». »

« On a signé des contrats qui objectivement, je le constate, sont trop élevés », a-t-il encore relevé. L’extension aux PME du tarif plafonné garanti aux TPE est « un effort de notre part », a ajouté le PDG de TotalEnergies. Mais « je pense qu’il faut qu’on fasse un correctif et qu’on accepte de faire un rabais par rapport à ces contrats, y compris pour les PME, parce que de toute manière la polémique va continuer », a-t-il ajouté.