Crise énergétique : A Rennes, la patinoire fermera pendant quatre mois

La décision avait été annoncée par la maire Nathalie Appéré au milieu d’une flopée d’actions à mener pour alléger, un peu, la facture énergétique de la ville de Rennes. Mais depuis, le sujet était resté aux oubliettes. L’été prochain, la patinoire Le Blizz sera pourtant bien fermée. Un choix assumé par l’élue socialiste, en concertation avec sa majorité. « Est-ce qu’il faut patiner sur la glace par 40 degrés au mois de juillet ? Sans doute pas », avait expliqué la maire pour justifier son choix. Annoncée pour cinq mois, la fermeture a finalement été ramenée à quatre mois pleins. D’après nos informations, Le Blizz fermera ses portes le 28 mai pour les rouvrir le 29 septembre. Une période « où il n’y a plus de clubs et moins d’activité », avait argumenté le premier adjoint Marc Hervé.

D’après la ville de Rennes, ces dates de fermeture « ont été concertées » avec les trois clubs et le délégataire Citedia, qui exploite la patinoire pour le compte de la municipalité. Un avis que ne partagent pas les clubs de hockey sur glace, de patinage artistique et de danse qui semblent subir la décision politique. Regroupant 700 adhérents, ces derniers espéraient pouvoir lancer leurs activités en septembre, période où tous les sports reprennent et où se concentrent la quasi-totalité des inscriptions.

L’un des patinoires les plus fréquentées

Au-delà des clubs, les chiffres de fréquentation de l’équipement construit en 2001 semblent donner raison à la municipalité d’envisager cette fermeture estivale. En décembre, 22.500 entrées payantes ont été enregistrées au Blizz, mais seulement 3.800 en juillet. En 2022, l’équipement a enregistré plus de 141.000 entrées, ce qui en fait l’une des patinoires les plus utilisées en France. Insuffisant pour convaincre les élus écologistes du conseil municipal, qui plaident en faveur d’une « reconversion de cet équipement vers d’autres usages sportifs » comme « les sports de glisse sur roulette ». Un argument combattu par les élus communistes, pourtant membres de la même majorité, qui avaient insisté sur le volet social de l’équipement, « pour tous ceux qui ne peuvent pas partir aux sports d’hiver ».

D’importants travaux ont été réalisés dans la patinoire ces dernières années, permettant de baisser la consommation d’eau de plus de 50 % et d’abaisser la facture énergétique de 20 %.